Écho de presse

« La Belle et la Bête » de Cocteau, un chef-d’œuvre dénigré par la critique

le 18/01/2022 par Pierre Ancery
le 27/08/2021 par Pierre Ancery - modifié le 18/01/2022
Une scène du film "La Belle et la Bête" de Jean Cocteau, photo de presse, 1946 - source : Gallica BnF

À sa sortie en 1946, le film La Belle et la Bête fait événement. Saluée par quelques-uns, l’adaptation du conte de fées de Mme Leprince de Beaumont est pourtant éreintée par de nombreux critiques, qui y voient un « délire d’esthète », voire de « l’anti-cinéma ».

C’est l’une des plus grandes réussites du cinéma français d’après-guerre. Un chef-d’œuvre où chaque scène, chaque élément du décor semble parfaitement à sa place : pour son premier long-métrage, une adaptation de La Belle et la Bête, le célèbre conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, Jean Cocteau avait su s’entourer de talents exceptionnels.

Jean Marais, un des acteurs les plus en vue de l’époque, y joue à la fois la Bête et le personnage d’Avenant, prétendant de la Belle (incarnée par Josette Day). La photographie d’Henri Alekan, en reproduisant les ambiances mystérieuses des gravures de Gustave Doré, magnifie les costumes et les décors de Christian Bérard. La musique de Georges Auric, enfin, accompagne à merveille les dialogues de Cocteau, qui restent aussi proches que possible de la tonalité merveilleuse du conte original. 

Pourtant, lorsqu’il sort...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée.