Long Format

1816 : Le naufrage de La Méduse

le par - modifié le 14/04/2021
le par - modifié le 14/04/2021

Le 2 juillet 1816, la frégate La Méduse s’échoue au large des côtes sénégalaises. 152 hommes s’embarquent alors sur un radeau de fortune. 

Un contexte

Le 17 juin 1816, la frégate La Méduse quitte Rochefort sous les ordres du commandant Chaumareys pour reprendre possession du Sénégal, colonie restituée par l’Angleterre suite à l’abdication de Napoléon Ier et au traité de Paris signé en 1815. Il s’agit pour la France de contrôler cette porte vers l’Afrique de l’Ouest et l’Atlantique, un enjeu géostratégique majeur.

Quatre cents personnes environ partent ainsi en expédition vers le Sénégal, des marins, des militaires mais aussi des artisans et commerçants. Chaumareys, un ancien émigré qui n’a pas navigué depuis longtemps, commet des erreurs ce qui provoque l’échouement de La Méduse.

Le 5 juillet il décide d’abandonner le navire et évacue les passagers sur des canots et un radeau de fortune qui file à la dérive. Sur les 147 passagers, essentiellement des militaires, seulement 15 seront sauvés après 12 jours d’errance marqués par la faim, la soif, des mutineries, des répressions sanglantes, des sacrifices et des cas d’anthropophagie.

Le radeau de la méduse, opéra des frêres Cogniard, estampe, 1839 - source : Gallica-BnF

Un scandale

Sur les 15 rescapés, 5 meurent quelques jours plus tard et 10 sont ainsi en mesure de témoigner. Le chirurgien Jean-Baptiste Savigny rédige alors un rapport pour le ministre de la Marine, le vicomte du Bouchage, un ultra, qui soulève la question des responsabilités.

Decazes, ministre de la Police, quant à lui plutôt libéral, en fait publier de larges extraits dans Le Journal des débats (le 8 septembre et le 13 séptembre 1816), organe de presse royaliste. Ce qui déclenche l’affaire et provoque la démission de du Bouchage qui avait nommé l’incompétent Chaumareys commandant.

Arrêté et jugé, ce dernier est radié de la Marine et emprisonné.

Naufrage de la frégate la Méduse, révolte d'une partie de l'équipage sur le radeau, estampe - source : Gallica-BnF

Un chef-d’œuvre

En 1817, Savigny et Corréard, un autre survivant, publient un récit sensationnel de la tragédie, grand succès de librairie.

Théodore Géricault, jeune peintre de retour d’Italie, se passionne pour l’affaire et rencontre les auteurs du livre. Il choisit de représenter le moment où les passagers du radeau aperçoivent L’Argus qui va les sauver. Présentée au Salon de 1819, la toile déclenche les passions, par son audace, sa composition, ou tout simplement, pour le choix de son sujet.

Au fil du temps, le naufrage de La Méduse fera également l’objet de nombreux spectacles et créations.

Le Naufrage de la Méduse, drame en cinq actes, de M. Adolphe d'Ennery et Charles Desnoyers, affiche, circa 1860 - source : Gallica-BnF

Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
Scènes d'un naufrage ou la Méduse
Paulin d'Anglas de Praviel
Achetez ce livre sur :
Les Naufrages célèbres
Frédéric Zurcher
Achetez ce livre sur :
Histoire des naufrages, pirateries, abordages, famines, hivernages...
Alfred Driou
Achetez ce livre sur :