Écho de presse

Le jour où Raymonde Dien se coucha sur les voies contre la guerre en Indochine

le 03/04/2021 par Michele Pedinielli
le 14/05/2020 par Michele Pedinielli - modifié le 03/04/2021
La militante communiste française Raymonde Dien à Berlin-Est, août 1951 - source : Bundesarchiv-WikiCommons
La militante communiste française Raymonde Dien à Berlin-Est, août 1951 - source : Bundesarchiv-WikiCommons

En 1950, la militante communiste Raymonde Dien s’oppose pacifiquement à un convoi de blindés en partance pour l’Indochine. Sa détention et sa condamnation par un tribunal militaire suscitent une vaste mobilisation organisée par le PCF.

En 1950, Raymonde Dien a 20 ans. Militante communiste, c’est une farouche opposante à la guerre, en particulier à celle qui occupe tous les esprits cette année-là : le conflit en Indochine, débuté en 1946, opposant dans cette large province d’Asie du Sud-Est annexée par la France l’Union française aux résistants indépendantistes du Viêt Minh communiste.

Le 23 février, le PCF apprend qu’un train transportant des blindés en partance pour Saïgon doit passer par la gare de triage de Saint-Pierre des Corps (Indre-et-Loire). Une manifestation est alors organisée pour protester contre l’acheminement de ces tanks. Pour bloquer physiquement le train, deux militants se couchent sur les voies : René Jannelle (un des secrétaires fédéraux du PCF) et Raymonde Dien. 

Elle est toutefois la seule à...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet