Chronique

Des réfugiés nommés généraux : les Polonais de la Commune

le 03/03/2022 par Édouard Sill
le 06/04/2021 par Édouard Sill - modifié le 03/03/2022
Caricature du général polonais Dombrowski parue en Une du Fils du Père Duschène, 1871 - source : RetroNews-BnF
Caricature du général polonais Dombrowski parue en Une du Fils du Père Duschène, 1871 - source : RetroNews-BnF

À la suite de la Guerre de 1870, de nombreux réfugiés politiques internationaux venus défendre la France reprennent les armes du côté des communards. Parmi eux, les généraux Dombrowski et Wroblewski, figures de la résistance polonaise.

En 1863, une nouvelle fois, la Pologne s’embrase et secoue le joug des Tsars. Depuis le traité de Vienne en 1815 qui l’a assujettie à l’Empire russe, la Pologne se soulève régulièrement. Les patriotes polonais sont à chaque fois vaincus mais la presse française rend compte avec chaleur des combats des Polonais pour leur liberté.

On invoque naturellement les temps que les Pères ont connus, où, parmi les Grognards, Français et Polonais marchaient côte-à-côte. Le Siècle s’emporte contre la « France ingrate » envers la petite Pologne qui la protège de l’appétit russe :

« Le czar réunit son armée et annonce qu'il va rétablir l'ordre dans l'Occident. 

La Pologne n'hésite pas, elle se lève tout entière : elle meurt comme elle est morte à Leipzig et sous les murs de Paris ; mais, plus heureuse cette fois, elle a sauvé la France !... la France ingrate ! »

Tandis que la répression russe faire pendre les patriotes, beaucoup prennent le chemin de l’exil : c’est « la Grande Émigration » qui conduit notamment vers la France plusieurs vagues d’insurgés, devenus des exilés, des réfugiés.

Nouveauté podcast : « Séries noires à la Une »

La presse et le crime, le nouveau podcast de RetroNews

Peur sociale, fiction de l’anarchie, crimes politiques, chroniques du Paris des Apaches… Découvrez chaque mois un phénomène criminel par la presse dans Séries Noires à la Une.

Écouter les épisodes

L’un d’entre eux est un ex-officier polonais de l’armée russe, Jarosław Dąbrowski. Évadé des bagnes russes, il arrive à Paris en 1865. Comme son illustre homonyme et compatriote : Jean-Henri Dąbrowski, général du Directoire puis de Napoléon, son patronyme est francisé en « Dombrowski ».

À Paris comme ailleurs, les Polonais trouvent un accueil enthousiaste : le peuple de France est polonophile, bien que le pouvoir se méfie de ces perturbateurs susceptibles de dégrader les relations diplomatiques avec la Russie et la Prusse.

Le Charivari imaginait en 1861 un dialogue caustique entre les petites nations soumises par les empires :

Le réfugié politique polonais est assurément un personnage typique du paysage politique et littéraire français du XIXe siècle. Épris de liberté et des enseignements de la Révolution française, internationalistes avant l’heure parce que proscrits, les Polonais sont de toutes les révolutions de Paris, en 1830 comme en 1848.

« Pour notre liberté et la vôtre », la devise universelle des Polonais oblige : en septembre 1870, une légion de volontaires polonais participe à la défense de la France, dans l’armée des Vosges, commandée par le géant du siècle : Giuseppe Garibaldi. Ces volontaires sont aussi à Paris ; parmi eux, on retrouve Jarosław Dombrowski mais également son compatriote Walery Wróblewski, fils de la noblesse polonaise, devenu allumeur de réverbère à Paris.

Lorsque la Commune est déclarée, tous deux rejoignent les rangs des insurgés, accompagnés de nombreux Polonais.

Le 8 avril 1871, Dombrowski est nommé à la tête des armées de la Commune, curieusement le même jour que la suppression (éphémère) du titre de « général ». L’Affranchi rappelle que « le citoyen Dombrowski est, en même temps qu’un officier très expérimenté, un patriote qui a consacré sa vie et sa fortune à la cause démocratique ».

La nouvelle est cependant diversement appréciée de part et d’autre des murs de Paris. Ainsi, la nomination d’un étranger à la tête des armées de la Commune a suscité des inquiétudes parmi les Parisiens : « On lui reproche d’être étranger et inconnu à la population parisienne ». 

La commission exécutive de la Commune doit s’exprimer publiquement pour justifier son choix et affirmer sa confiance envers son nouveau commandant en chef.

La presse de Versailles s’empare naturellement du trouble des Parisiens. Le Messager de Paris écrit :

« Il est certain qu’un tel choix est un blâme indirect à l’adresse des officiers de la garde nationale parisienne ou un aveu implicite qu’il ne se trouve parmi eux aucun citoyen capable d’occuper, comme le désire la commission exécutive, le poste auquel elle pourvoit ainsi en dehors d’eux […] 

Ce sera un des côtés curieux de l’insurrection du 18 mars, d’avoir choisi de préférence un personnel cosmopolite pour défendre ses théories communales et revendiquer, ce qu’elle appelle, les droits de Paris ville libre. »

La Commune récidive pourtant, et ajoute bientôt un autre Polonais à la tête des défenseurs de Paris : Wroblewski. Le Français donne des précisions sur les secteurs défendus par les deux Polonais : de Saint-Ouen au Point-du-Jour pour le premier, le second du Point-du-Jour à Bercy. Plusieurs Polonais sont officiers.

Depuis Versailles, la presse bombarde la France de ses calomnies. Pour La Liberté, Dombrowski est un brigand, un faux monnayeur. Pour L’Univers Illustré, c’est un vagabond, « échappé de Sibérie ».

Le Bien Public s’étonne « de voir un Polonais, l’hôte de la France, recueilli par elle après la défaite de son magnanime pays, se faire le chef d'une action, commander, mener des Français contre des Français ». 

« Cela peut faire pâmer d’admiration les amis de la République cosmopolite ; cela attriste les honnêtes gens et froisse les bons citoyens de tous les pays. » 

Le Temps s’enhardit davantage : Dombrowski est à la solde des Prussiens. Le célèbre organe conservateur Le Moniteur Universel donne la parole à d’autres Polonais qui s’empressent de dissocier la Pologne de Dombrowski « le Slave », « le Russe ». On accuse les deux Polonais d’avoir détourner la caisse du comité de l’émigration polonaise.

Par sa nomination, Dombrowski attire les regards vers ces étrangers qui ont choisi la France et prêtent leur bras à la Commune. Hier pourtant bien disposé à l’endroit des étrangers volontaires de 1870, le quotidien La France raille :

« Nous ne voyons pas bien quels avantages les étrangers pourraient retirer de la naturalisation, puisque sans avoir à subir cette formalité, ils sont admis dès à présent aux plus hautes fonctions de la Commune de Paris. 

M. Franckel, membre de la Commune, n’est-il pas Allemand ? M. Cluseret, Américain, M. Dombrowski, Russe ?

Pourquoi donc faire intervenir une formalité inutile dans cette admirable fraternisation des nationalités ? »

Le Courrier de Saône-et-Loire parle d’une « humiliation » nationale que de voir ces étrangers « la plupart reniés ou désavoués par leurs nationaux » diriger Paris, qui veut diriger la France.

Mais Le Fils du Père Duchène, journal communard, est quant à lui bien content de son Polonais de général 

« Nom de Dieu !... Enfin, le citoyen général Dombrowski est un homme qui a du poil au nez. Et son évasion de la prison de Moscou le prouve bougrement. [….] 

Le général dont nous traçons aujourd’hui la biographie porte des lunettes – c’est vrai – comme ce petit crapaud de Thiers ; mais, du moins, il ne pleure pas comme ce grand jean-foutre de Jules Favre. »

Tandis que les troupes de Versailles avancent dans Paris, on dresse des listes, dont celles des étrangers qui, Parisiens d’un jour ou de toujours, ont embrassé la cause de la Commune. Si les Polonais dominent, c’est le monde entier qui s’est donné rendez-vous sur les barricades. Le 31 mai, Le Figaro en publie une première liste.

Dombrowski est mortellement blessé sur les barricades le 23 mai 1871. Wroblewski parvient en revanche à fuir. Quatre ans plus tard, on jugeait encore des Polonais ayant pris part à la Commune.

Retiré à Ouarville, en Eure-et-Loire, Wroblewski décède en 1908. Ses obsèques sont l’occasion pour toute la gauche de commémorer à la fois le patriote, l’internationaliste et le communard.

Étrangement, La Croix reprit alors in extenso l’hommage de L’Humanité au défenseur de la Butte aux Cailles.

La postérité de ces étrangers de la Commune, généraux ou anonymes, fut immense. Leur mémoire irrigue non seulement chaque « montée au mur » mais s’érige tel un phare, garant de l’internationalisme de la Commune et de l’universalité de son message. Naturellement, le Front populaire comme les Brigades internationales se placeront, plus de soixante ans plus tard, sous les mânes de Dombrowski et Wroblewski.

Édouard Sill est historien, docteur en histoire spécialiste de l'entre-deux-guerres, notamment de la guerre d’Espagne et de ses conséquences internationales. Il est chercheur associé au Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains.