Chronique

11 novembre 1920 : Le cœur de Gambetta entre au Panthéon

le 14/11/2021 par Emma Papadacci
le 09/11/2021 par Emma Papadacci - modifié le 14/11/2021
Un soldat français transportant le cœur de Léon Gambetta, Le Matin, 1920 – source : RetroNews-BnF
Un soldat français transportant le cœur de Léon Gambetta, Le Matin, 1920 – source : RetroNews-BnF

En vue de célébrer les deux ans de l’armistice de la Grande Guerre, l’État décide d’inhumer un « soldat inconnu » tombé pour la patrie au Panthéon. Dans le même cortège, les viscères du héros républicain Léon Gambetta sont rapatriés dans l’antre des « grands hommes ».

Au début du mois de novembre 1920, la France décide d’inhumer, le 11 novembre, un « soldat inconnu » de la Première Guerre mondiale, un anonyme qui représenterait alors tous les Français morts pour la Patrie. Or, cette date coïncide précisément avec un événement déjà programmé : l’entrée de Gambetta – ou plus exactement, de son cœur – au Panthéon, pour commémorer le cinquantenaire de la IIIe République.

Nouveauté podcast : « Séries noires à la Une »

La presse et le crime, le nouveau podcast de RetroNews

Peur sociale, fiction de l’anarchie, crimes politiques, chroniques du Paris des Apaches… Découvrez chaque mois un phénomène criminel par la presse dans Séries Noires à la Une.

Écouter les épisodes

L’idée d’inhumer un soldat inconnu était apparue tôt, dès la sortie de guerre avec deux propositions de loi, l’une en 1918, l’autre en 1919 : le Panthéon était alors le lieu tout désigné.

C’est la presse, et plus précisément Le Journal, par l’intermédiaire du journaliste Henry Vidal, qui est, en 1919, à l’initiative du projet. A partir du 14 septembre 1919, Le Journal se fait le principal vecteur de diffusion de cette information parmi la société française. Ce quotidien qui tire à plus d’un million d’exemplaires en 1913, défend le principe de l’inhumation du ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée