Écho de presse

Jean Nicoli, grande figure de la Résistance corse

le 01/11/2020 par Michele Pedinielli
le 26/05/2020 par Michele Pedinielli - modifié le 01/11/2020
Photo de Jean Nicoli, Résistant communiste corse exécuté par l’occupant fasciste, Ce Soir, 1950 - source : RetroNews-BnF
Photo de Jean Nicoli, Résistant communiste corse exécuté par l’occupant fasciste, Ce Soir, 1950 - source : RetroNews-BnF

Histoire de l’instituteur communiste qui a organisé la guérilla dans le sud de l’île pendant son occupation italienne, en charge notamment des parachutages dans les montagnes du Sartenais. Arrêté et torturé, il sera exécuté quelques jours avant la libération de la Corse.

En novembre 1942, Mussolini décide d’occuper la Corse avec l’objectif de la rattacher – ainsi que Nice – à l’Italie fasciste. Le Duce envoie quelque 85 000 soldats sur l’île qui seront bientôt rejoints par 15 000 Allemands, soit 100 000 hommes d’occupation pour une population d’alors 215 000 habitants.

Si en Corse la nouvelle de l’armistice avait désemparé ceux qui s’attendaient à voir l’île devenir l’avant-poste d’un gouvernement  possiblement replié à Alger, la Résistance s’est organisée dès cette annonce, notamment autour des 300 membres du Parti communiste que compte l’île.

Parmi eux, on compte Jean Nicoli. Cet instituteur antifasciste, d’abord membre de la SFIO, adhère au Parti communiste clandestin au mois de décembre 1942. Comme l’indique L’Humanité après-guerre, c’est lui qui organise en Corse le Front National, groupe qui regroupe toutes les ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet