Séquence pédagogique

Comprendre le Service du travail obligatoire

le par - modifié le 17/02/2022
le par - modifié le 17/02/2022

La séquence que nous vous proposons s’adresse à des élèves de troisième ou de terminale qui étudient la collaboration en cours d’Histoire.

Introduction

En terminale, elle peut donner lieu à un exposé orienté afin de préparer les élèves à l’épreuve du grand oral de la fin de l’année. En troisième, il peut s’agir d’un exercice à faire en groupe afin d’illustrer la façon dont la France collabore avec l’occupant. Les réponses aux questions permettront aux élèves de confronter leur travail pour réaliser une mise en commun qui servira de trace écrite pour le cours.

Après 1942, la collaboration s’accélère avec l’occupation de la zone dite libre et l’arrivée de Pierre Laval au gouvernement. C’est lui qui décide de créer la Milice pour traquer les Juifs et les résistants, mais aussi le STO (Service du travail obligatoire en Allemagne) dont il est question ici.

Nous nous appuyons sur trois extraits de journaux pour illustrer la façon dont le régime de Vichy met en place une collaboration économique, et les moyens qu’il déploie pour la faire respecter. L’objectif est aussi de faire comprendre aux élèves que l’instauration du STO a poussé beaucoup de jeunes à fuir et à rejoindre des maquis de résistants.

En s’appuyant sur l’article de RetroNews consacré au STO, nous pouvons faire étudier trois extraits de journaux et proposer deux types d’activités aux élèves.

Pour le travail en groupe, valable en terminale mais plutôt destinée aux élèves de troisième, nous pouvons confier un article à chaque groupe avec un questionnaire et des recherches à mener afin de préparer la mise en commun.

Travail de groupe

Le premier groupe travaillera sur un extrait de l’article en une du journal Le Matin et pourra effectuer des recherches sur Internet ou dans le manuel pour compléter son travail.

« À la suite des décisions qui ont été prises hier au conseil des ministres, le Journal officiel publiera demain matin le texte d’une loi portant institution du Service du Travail Obligatoire. [...]

Fixée en principe à deux ans, la durée de ce service pourra être réduite par décret pris en conseil des ministres. [...]

Les jeunes gens astreints au service obligatoire du travail bénéficieront des mêmes conditions de travail et de salaire que les travailleurs libres occupant les mêmes emplois.

La loi stipule enfin que des amendes allant de 200 à 100 000 francs et que des sanctions d’emprisonnement allant de 3 mois à 5 ans, susceptibles, en cas de récidive d’être portées au double, seront applicables à toute personne ayant saboté ou tenté de saboter pour son compte ou pour le compte d’autrui cette nouvelle institution du Service du Travail Obligatoire. »

Questions :

- Présentez le document. Quel est sa nature ? Quels sont son contexte et son message ?

- À l’aide de vos connaissances et de vos recherches, vous expliquerez la situation de la France au moment où cet article est publié.

- Quelle décision est prise par le gouvernement ? Comment est-elle mise en œuvre ?

- Comment expliquer une telle mesure ?

- Comment le gouvernement espère faire respecter cette mesure ?

 

Correction :

- Il s’agit d’un extrait du journal Le Matin, publié en février 1943, pendant l’occupation allemande. Il annonce la publication d’une loi sur le service du travail obligatoire (STO).

- À cette époque la France est occupée, et les Allemands ont envahi depuis 1942 la zone libre au sud du pays. Pétain est à la tête d’un régime qui n’est plus une démocratie et s’est lancé dans une politique de collaboration active avec l’occupant.

- Le gouvernement impose une loi sur le travail obligatoire en Allemagne pour les jeunes âgés de 21 à 23 ans. En effet, depuis le 10 juillet 1940, la Chambre des députés et le Sénat sont suspendus, c’est Pétain et son gouvernement qui exercent le pouvoir législatif.

- Cette mesure s’inscrit dans le programme de collaboration voulu par le régime de Vichy et accentué depuis l’arrivée de Laval au gouvernement. Le régime nazi impose à la France toujours plus de livraison d’argent, de matériel, et désormais de main-d’œuvre pour compenser les soldats allemands partis au front.

- Le gouvernement de Vichy mise sur une politique répressive pour faire respecter cette mesure. Des amendes et des peines de prison sont ainsi prévues pour ceux qui chercheraient à fuir le STO.

Le deuxième groupe travaillera sur l’extrait d’un article tiré de La Petite Gironde de juin 1943. Là encore le travail se fait en groupe et les élèves peuvent avoir accès à leur manuel voire à des recherches sur Internet.

«  Dans sa déclaration radiodiffusée de samedi dernier, le chef du gouvernement, faisant allusion aux jeunes gens appelés par le Service du Travail Obligatoire, qui se sont dérobés à leur devoir, ainsi qu’à ceux qui seraient tentés d’imiter leur exemple, a dit notamment :

“Aux uns et aux autres, je dois parler un langage net. Aux premiers, je dis : Ne persévérez pas dans votre erreur, présentez-vous aux autorités.

Aux autres, je conseille de ne pas se laisser abuser par certaines propagandes malsaines, d’où qu’elles viennent, ou de ne pas se laisser entraîner par un égoïsme irréfléchi, puisque, en définitive, ils seraient obligés de partir. La loi est la même pour tous. Les défaillants – qu’ils le sachent bien – et je tiens à le leur répéter, ne seront pas des profiteurs.”

Le chef du gouvernement français annonçait, en outre, que des instructions avaient été données et que des mesures rigoureuses seraient prises – même contre leur famille ou des tiers s’ils sont complices – qui les mettraient dans l’impossibilité de se soustraire, longtemps encore, à un devoir qui s’impose à tous.  »

Questions :

- Présentez le document. Quel est sa nature ? Quels sont son contexte et son message ?

- À l’aide de vos connaissances et de vos recherches, vous expliquerez quelle est la situation de la France au moment où cet article est publié.

- Qu’est-ce que le STO ? Qui est concerné par cette mesure ?

- Que constate Pétain dans son discours ? Que décide-t-il de mettre en place ?

- Quelles raisons peuvent expliquer le manque de succès du STO ?

- À quoi le maréchal Pétain fait-il allusion dans ce passage : « je conseille de ne pas se laisser abuser par certaines propagandes malsaines, d’où qu’elles viennent » ?

 

Correction :

- Il s’agit d’un extrait d’un article de La Petite Gironde du 12 juin 1943, pendant l’occupation allemande. Il reprend le discours radiophonique de Pétain dans lequel il expose les sanctions à l’encontre de ceux qui cherchent à éviter le STO.

- À cette époque la France est occupée, et les Allemands ont envahi depuis 1942 la zone libre au sud du pays. Pétain est à la tête d’un régime qui n’est plus une démocratie et il s’est lancé dans une politique de collaboration active avec l’occupant.

- Le Service du travail obligatoire en Allemagne a été instauré par Laval en 1943. Il prévoit d’envoyer tous les jeunes de 21 à 23 ans travailler en Allemagne.

- Pétain constate que beaucoup de jeunes refusent de participer au STO. Il décide de mettre en place des sanctions, notamment envers les familles des réfractaires.

- Beaucoup de jeunes ne souhaitent pas quitter leur famille, leur travail ou leur pays et préfèrent fuir que d’aller travailler loin de chez eux. Certains ont peur d’être emprisonnés comme beaucoup de soldats français de l’époque, forcés de travailler en Allemagne.

- Pétain fait allusion à la Résistance qui appelle les jeunes à refuser de collaborer avec l’Allemagne au sein du STO. « D’où qu’elle vienne » fait référence aux messages de résistance envoyés depuis Londres par la France libre.

Le troisième groupe travaillera sur un extrait d’un article du journal La Dépêche du Berry du 17 juillet 1943. Grâce à leurs connaissances et à leurs recherches, les élèves pourront montrer que beaucoup de jeunes qui fuient le STO rejoignent la Résistance et que le gouvernement de Vichy cherche par tous les moyens à les en dissuader.

« Grâce aux puissants moyens qui ont été donnés aux préfets, moyens dont ils ont déjà usé efficacement au cours d’opérations locales, il est certain que les méthodes de contraintes aboutiraient à la répression totale des insoumis et des réfractaires.

Mais avant de généraliser de telles méthodes, le gouvernement, qui sait que de nombreux jeunes gens regrettent amèrement leur défaillance d’un jour et ne demandent qu’à se soumettre, préfèrent user de mesures plus humaines et plus généreuses.

Il préfère faire appel au cœur et à la raison de tous les Français en offrant aux jeunes gens qui n’ont pas obéi à la loi une dernière chance de réparer la grave erreur qu’ils ont commise. »

Questions :

- Présentez le document. Quel est sa nature ? Quels sont son contexte et son message ?

- À l’aide de vos connaissances et de vos recherches, vous expliquerez quelle est la situation de la France au moment où cet article est publié.

- Qu’est-ce que le STO ? Qui est concerné par cette mesure ?

- Qui sont les « insoumis et réfractaires » évoqués par le journal ?

- Quelle menace le gouvernement de Vichy fait-il planer sur ces réfractaires ? Qui sont déjà la cible du régime de Vichy ?

- Que peut être tenté de faire un jeune qui cherche à échapper au STO ?

 

Correction :

- Il s’agit d’un article de La Dépêche du 17 juillet 1943, pendant l’occupation allemande. Il annonce une répression à venir contre les réfractaires au STO.

- À cette époque la France est occupée, et les Allemands ont envahi depuis 1942 la zone libre au sud du pays. Pétain est à la tête d’un régime qui n’est plus une démocratie et il s’est lancé dans une politique de collaboration active avec l’occupant.

- Le Service du travail obligatoire en Allemagne a été instauré par Laval en 1943. Il prévoit d’envoyer travailler en Allemagne tous les jeunes de 21 à 23 ans.

- « Les insoumis et les réfractaires » sont tous les jeunes âgés de 21 à 23 ans qui refusent d’accomplir le STO.

- Le régime menace les réfractaires d’une « répression totale » et violente, la même qui est menée contre les résistants qui se cachent dans les maquis.

- Un jeune peut être tenté de fuir et de se cacher de la police de Vichy. Il peut ainsi chercher à rejoindre la Résistance pour échapper au STO.

Mise en commun

Il est important de faire une reprise et une mise en commun avec tous les élèves. En effet, ces articles permettent de bien comprendre ce qu’est le STO et dans quelles conditions il est mis en œuvre.

À partir de 1943, on assiste à un renforcement de la collaboration voulue par le gouvernement de Vichy avec, à sa tête, Laval. Le STO prévoit d’envoyer travailler en Allemagne les jeunes entre 21 et 23 ans pour aider l’Allemagne dans son effort de guerre.

On assiste, à travers ces trois extraits d’articles, à une escalade des sanctions de la part du gouvernement de Vichy qui n’arrive pas à imposer le STO malgré des menaces de plus en plus lourdes. De même, on comprend aussi que de nombreux jeunes sont contraints à la clandestinité pour échapper à ce travail forcé. Certains choisissent alors de rejoindre la Résistance. À partir de l’été 1943, beaucoup de maquis bénéficient de l’arrivée de ces jeunes réfractaires qui se cachent par peur d’être arrêtés, voir exécutés qui risquent d’être exécutés s’ils sont arrêtés.

 

En terminale :

Il est aussi possible de faire travailler les élèves de terminale sur l’ensemble de ces trois articles en leur proposant de réaliser un exposé guidé qui sera ensuite présenté à l’oral pour la classe. Cet exercice est intéressant car il permet aux candidats de s’entraîner à l’épreuve du grand oral. Pour aider les élèves, il est possible de formuler une consigne détaillée :

« À l’aide des trois extraits d’articles proposés, vous montrerez ce qu’est le STO et le contexte dans lequel le gouvernement de Vichy a décidé de le mettre en place. Vous montrerez ensuite les difficultés auxquelles doit faire face Vichy et la stratégie qu’emploie le régime pour arriver à ses fins. Enfin, vous conclurez en imaginant les motivations des réfractaires et leurs stratégies pour échapper aux sanctions. »