Cycle

La Guerre franco-allemande de 1870-71 et ses conséquences

le 01/01/1970 par
le 01/01/1970 par - modifié le 01/01/1970

La Guerre « de 1870 » entre la Prusse et les troupes impériales de Napoléon III fut très courte. Commencée le 19 juillet 1870 et terminée le 28 janvier 1871 à la suite de la capitulation française, elle reste dans la mémoire nationale pour ses nombreuses et lourdes conséquences.

La déroute inattendue des bataillons français aboutira en effet sur la capitulation de l’Empereur à Sedan, laquelle sera immédiatement suivie par la proclamation de la République, puis par le long et douloureux siège de la capitale. Deux mois plus tard, l’instabilité provoquée par le conflit et l’irritation due au siège se mueront en un épisode politique de première importance, la Commune de Paris. Enfin, le souvenir de la défaite et l’annexion de l’Alsace-Moselle à l’Allemagne produiront sur le moyen terme un esprit de revanche vis-à-vis du pays vainqueur – d’ailleurs largement alimenté par la presse – dont on constatera les effets nocifs lors des deux conflits mondiaux du XXe siècle, en 1914 puis en 1939.

RetroNews revient ici sur les façons dont la presse française a pu relater la « débâcle » et sur comment elle a su faire ressurgir le souvenir de celle-ci en temps de paix, pendant les premières années de la Troisième République.

– Chapitre 01
– Chapitre 02
– Chapitre 03

La défaite de Sedan (1870)

Par

« L’armée est vaincue et captive, moi-même suis prisonnier ».
C’est par ce télégramme que l’impératrice Eugénie apprend que son époux, Napoléon III, est fait prisonnier à Sedan avec une grande partie de l’armée impériale le 2 septembre 1870. Cette défaite majeure entraîne la chute du Second Empire.

Lire la suite
– Chapitre 04
– Chapitre 05
– Chapitre 06
– Chapitre 07
– Chapitre 08
– Chapitre 09

1871 : cession de l'Alsace-Moselle

Par

À la stupeur de la défaite de la guerre de 1870 s'ajoute l'humiliation de l'annexion de l'Alsace-Lorraine (alors « Alsace-Moselle ») par le nouvel Empire allemand. Vite, le mythe de la revanche attise le nationalisme en France, et sème les germes de la « haine de l'Allemand ».

Lire la suite
– Chapitre 10

La Commune de Paris en 1871

Par

Bien qu’elle n’ait duré que 9 semaines, la Commune de Paris est un moment fort de l’histoire du mouvement ouvrier et socialiste français. Prônant une démocratie sociale, la Commune de Paris est considérée comme une menace par les autorités de la IIIe République naissante.

Lire la suite
– Chapitre 11
– Chapitre 12
– Chapitre 13

Sur le même sujet

Sur le même sujet