Chronique

Théophraste Renaudot et la Gazette

le 08/11/2019 par Patrick Eveno
le 05/04/2016 par Patrick Eveno - modifié le 08/11/2019
Théophraste Renaudot ; Recueil des gazettes de l'année 1631

C'est avec La Gazette que tout commence. Le premier journal français, qui paraît en 1631, vivra presque trois siècles. L'historien des médias Patrick Eveno nous en raconte la genèse et le long parcours.

 

La presse périodique apparaît au début du XVIIe siècle. La première feuille d’information à périodicité irrégulière, Les Nouvelles récentes (Nieuwe Tydinghen), est publiée à partir de 1605 à Anvers. Dans les années suivantes, le mouvement gagne l’Europe rhénane (Bâle, Francfort, Strasbourg, Amsterdam, Cologne) et s’étend à l’ensemble de l’Europe du nord-ouest, de Londres à Florence en passant par Paris, Genève ou Venise.

Le premier hebdomadaire est fondé à Londres en 1622. Les pays protestants jouent ici un rôle prépondérant dans la mise en place de ce processus. On assiste bientôt à la multiplication de fascicules généralement hebdomadaires, appelés les « courants » (curents en Angleterre, coranti en Italie), dont le titre fait référence au flux de l’information.

 

Rupture avec les publications antérieures

Théophraste Renaudot (1586-1653), le créateur du premier journal français, est également le père du journalisme français. Sa vie et son œuvre ont donné cours à des interprétations divergentes : certains mettent l’accent sur sa créativité et sa réussite, d’autres sur sa proximité avec le pouvoir politique. En quelque sorte, on trouve dès l’origine du journalisme français les débats qui agitent encore la presse. Le premier numéro de La Gazette paraît le vendredi 30 mai 1631. C’est un hebdomadaire de quatre pages in-quarto (15,3 cm de large sur 23,3 cm de hauteur).

Les nouvelles y sont classées chronologiquement ; la date et le lieu d’origine de l’information sont mentionnés dans la marge. La Gazette rompt avec les publications occasionnelles et les « nouvelles à la main », racontant les potins de la Cour ou des faits divers. Surtout, elle tranche avec les libelles qui circulent dans la capitale.

C’est un véritable journal, qui recense des nouvelles fraîches et paraît à périodicité fixe à destination d’un large public. Le terme « gazette » vient de l’italien gazzetta, qui désigne une petite pièce de monnaie vénitienne avec laquelle on achète la feuille d’avis imprimée.

 

Une information claire et circonstanciée

Protestant né à Loudun, Théophraste Renaudot est médecin et entrepreneur. Auteur en 1610 d’un Traité sur la condition des pauvres du Royaume, il est présenté à Louis XIII, devient son médecin, puis est nommé Commissaire génér...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée