Écho de presse

1932, la « méthode Freinet » bouscule l'école – et suscite l’ire des conservateurs

le 03/12/2021 par Arnaud Pagès
le 14/12/2018 par Arnaud Pagès - modifié le 03/12/2021
L'instituteur Célestin Freinet donnant cours dans les années 1950 - source : Contretemps, Revue de critique communiste
L'instituteur Célestin Freinet donnant cours dans les années 1950 - source : Contretemps, Revue de critique communiste

Qualifié abusivement de « bolchévique », Célestin Freinet, un instituteur influencé par les théories de l'éducation nouvelle, est critiqué par la presse conservatrice nationale qui s'alarme de ses méthodes d'enseignement.

Ancien poilu blessé lors de la Grande Guerre, Célestin Freinet commence sa carrière d'instituteur en 1920 à Bar-sur-Loup, dans les Alpes Maritimes. Très vite, dès la rentrée scolaire de 1924, il met en place une pédagogie tout à fait nouvelle pour l'époque qu'il souhaite expérimenter auprès de ses élèves.

Il centre son enseignement autour de l'écriture et du dessin « libres », c’est-à-dire sans contrôle ni censure d'un adulte.

Son credo, proche de celui de la pédagogue italienne Maria Montessori, est de laisser une grande liberté aux enfants pour qu'ils puissent apprendre et découvrir par eux-mêmes. Selon lui, lorsque les élèves sont passionnés par ce qu'ils font, l'autorité du maître n'est plus nécessaire et l'enseignement se fait de façon « naturelle ».

Il accorde également une importance particulière à...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet