Long Format

La défaite de Sedan (1870)

le par - modifié le 05/08/2020

« L’armée est vaincue et captive, moi-même suis prisonnier ».
C’est par ce télégramme que l’impératrice Eugénie apprend que son époux, Napoléon III, est fait prisonnier à Sedan avec une grande partie de l’armée impériale le 2 septembre 1870. Cette défaite majeure entraîne la chute du Second Empire.

Une guerre mal engagée

Le 19 juillet 1870, Napoléon III, persuadé de la puissance de son armée  et sans se soucier du soutien des autres États européens, déclare la guerre à la Confédération d’Allemagne du Nord. L’armée française, qui compte près de 265 000 hommes, doit faire face aux 600 000 hommes de l'armée prussienne et de celle des États d’Allemagne du Sud. Dès les premiers engagements, l’armée française est bousculée, comme à Wissembourg et à Reichshoffen au début du mois d’août. La figure du cuirassier français chargeant à trois reprises les lig...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet