Écho de presse

1760 : l'invention de la petite Poste de Paris

le 02/12/2021 par Priscille Lamure
le 10/07/2018 par Priscille Lamure - modifié le 02/12/2021
Bureau de poste à Paris en 1760 organisé par M. de Chamousset, Les Annales politiques et littéraires, 1917 - source : RetroNews-BnF

Sous Louis XV, la petite Poste de Paris, créée par M. de Chamousset, offre pour la première fois aux Parisiens un service postal dédié à tous les échanges ayant lieu au sein même de la capitale.

Depuis le Moyen-âge, le transport officiel du courrier en France ne s’effectuait que de ville à ville. Les bureaux de poste installés dans les grandes villes ne traitaient alors pas les lettres échangées à l’intérieur même de la ville. À Paris, la correspondance entre les habitants était en conséquence impossible si l’on n’avait pas recours aux services – coûteux – d’un porteur.

Pour remédier à ce problème, Renouard de Villayer, membre du Conseil d’État, avait mis en place dès 1653 un service de facteurs chargés de distribuer le courrier dans Paris intra-muros. Il avait également fait installer les premières boîtes aux lettres dans les principales rues de la capitale.

En 1917, Les Annales politiques et littéraires relatent cette première tentative d’organisation d’un service de poste relativement défaillant au sein de la capitale.

«Par des lettres patentes qui datent de 1653, [Villayer] avait été autorisé à créer dans Paris des boîtes qui devaient être levées trois fois par jour ;

les commis chargés de faire parvenir la correspondance dans la ville, pour activer la célérité du service n’acceptaient pas d’argent;

les lettres devaient être accompagnées d’un billet de port payé, coûtant un sol et joint à la lettre, de façon que le commis pût voir aisément le petit carré de papier indicateur de la taxe payée et le retirer pour le remettre au bureau du Palais, où se trouvait le contrôle central. »

Malheureusement, cette riche idée de Renouard de Villayer se solda par un échec.

Il fallut attendre, quelques années plus tard, l’intervention de Claude Humbert Piarron de Chamousset. Alors conseiller à la Cour des comptes, M. de Chamousset est réputé pour être un homme philanthrope qui, toute sa vie, œuvra pour l’amélioration des services hospitaliers – et fut le fondateur de plusieurs institutions de bienfaisance à destination des pauvres. C’est lui qui est également à l’origine de la petite Poste de Paris, un service postal qui révolutionnera bientôt l’échange des correspondances à l’échelle de la France entière.

En 1758, M. de Chamousset présente donc au roi Louis XV son « Plan d’administration pour la Poste de Paris », un mémoire détaillant une nouvelle organisation de la distribution et de la relève du courrier au sein de la capitale. Ce projet est accueilli avec engouement et M. de Chamousset reçoit l’autorisation, par lettres patentes du 5 mars 1758, d’instaurer son propre service postal ainsi que d’organiser la distribution des lettres dans l’enceinte de Paris.

Il lui est également accordé un privilège de trente ans lui permettant de jouir, pendant toute la durée du privilège, des bénéfices de son institution. Le 9 juin 1760, la petite Poste de Paris est née, et sur le point de simplifier à l’extrême les échanges entre Parisiens.

« Ces lettres patentes constituent véritablement le statut de la poste française ; elles règlent, en effet, l’établissement des boîtes dans Paris et les faubourgs, le nombre des levées, le prix d’affranchissement.

Il n’y avait pas de timbres en ce temps-là, mais des marques apposées au moyen de cachets que les buralistes étaient tenus d’imprimer sur les lettres.

Les cachets variaient avec chaque bureau ; c’étaient des chiffres avec des caractères alphabétiques qui indiquaient le quartier d’origine. Les appointements des facteurs et des buralistes n’existaient pas ; le salaire était fixé “par lettre rendue à son adresse, en sorte qu’il ne sera rien payé ni aux uns ni aux autres pour celles qui n’auront point été rendues”. »

Du jour au lendemain, les neuf bureaux de poste que comptait Paris sont tous organisés sur un modèle identique pensé par Piarron de Chamousset.

«Un bureau de poste contenait une immense table à casiers sur laquelle on faisait le tri des lettres, après les avoir timbrées à la date du jour.

Les facteurs – ils étaient dix-sept – les emportaient dans des sacoches en cuir qu’ils mettaient en bandoulière. Ils étaient munis d’une claquette faite d’une poignée en fer tournant à droite ou à gauche sur une planche de bois; et le bruit que faisait cette claquette annonçait le passage du facteur. »

Cette nouvelle organisation du service postal de la capitale connut un immense succès et les bénéfices furent tels que M. Chamousset, qui était en train d’amasser une fortune colossale, se vit retirer son privilège au bout de deux ans.

Bientôt des bureaux de poste sur le modèle de la petite Poste de Paris furent créés dans les grandes villes de province. La petite Poste de M. Chamousset fut en activité jusqu’à la fin du mois de juin 1780, date à laquelle elle fut annexée par les services de la poste royale.

1