Long Format

Aux sources de la crainte d'un « péril jaune »

le par - modifié le 15/02/2021

De la révolte des Boxers au personnage de Fu Manchu, la figure du « Chinois » terrifie la presse occidentale des débuts du XXe siècle. A grands renforts de clichés xénophobes, elle crée de toutes pièces un personnage cupide et mauvais, prêt à marcher sur un Ouest en déclin.

A la fin du XIXe siècle, la vogue des théories affirmant la « supériorité de la race blanche » ont fait rapidement craindre que cette place dominante ne soit menacée. Si l’on a vite, en Europe, pointé du doigt les Juifs, ailleurs cette angoisse se concentre aussi sur d’autres populations : les Noirs en Amérique du Nord, mais également les Chinois.

Redoutant que la forte immigration chinoise (employés notamment pour des travaux pénibles lors de la construction du premier chemin de fer transcontinental) ne vienne menacer le pouvoir blanc, les États-Unis votent en 1882 la « Loi d’exclusion des Chinois » (« Chinese Exclusion Act »), empêchant l’entrée de ressortissants de l’Empire du Milieu sur le territoire américain. Un projet de législation similaire discutée en Australie trouve rapidement des échos en France, notamment dans les pages du Petit Parisien du 10 juillet 1888, qui prévient déjà ses lecteurs d’un nouveau danger, celui du « péril jaune ».

Nouveauté podcast : « Séries noires à la Une »

La presse et le crime, le nouveau podcast de RetroNews

Peur sociale, fiction de l’anarchie, crimes politiques, chroniques du Paris des Apaches… Découvrez chaque mois un phénomène criminel par la presse dans Séries Noires à la Une.

Écouter les épisodes

Trois ans plus tard, cette prétendue menace vise maintenant la France, si l’on en croit l’autre quotidien à grand tirage de l’époque, Le Petit Journal. En page de Une de l’édition du 9 mai 1891, dans un article intitulé « Une inondation à craindre », Thomas Grimm prévient ainsi :

« Jusqu’ici notre Europe a été indemne de l’immigration chinoise.

Mais cette situation durera-t-elle longtemps à présent que les bateaux à vapeur mettent la Chine à quelques semaines de nos ports ? »

Utilisant l’imagerie des grandes invasions ayant fait disparaître l’Empire romain d’Occident au Ve siècle (manière sans doute, de rapprocher les Chinois de son temps des Huns antique...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Rép. radicale (1898-1914)

Sur le même sujet