Écho de presse

Henry de Monfreid, le corsaire magnifique de la mer Rouge

le 17/08/2019 par Marina Bellot
le 30/11/2018 par Marina Bellot - modifié le 17/08/2019
Henry de Monfreid (au premier plan) sur le pont du bateau le Massabieh, Paris-Soir, 15 mars 1935 - source : RetroNews-BnF
Henry de Monfreid (au premier plan) sur le pont du bateau le Massabieh, Paris-Soir, 15 mars 1935 - source : RetroNews-BnF

Navigateur, contrebandier, écrivain, poète, journaliste... Henry de Monfreid, encouragé par Joseph Kessel, a laissé à la postérité une œuvre prolixe inspirée de sa vie aventureuse dans la Corne de l'Afrique.

Henry de Monfreid (1879-1974) a trente-deux ans lorsque l'appel de la mer le fait quitter la France pour le jeter dans le tourbillon d'une vie d'aventures.

Un autre aventurier, l'écrivain et journaliste, Joseph Kessel résumera ainsi le début de son existence : 

« De famille catalane, fils du comte Daniel de Monfreid, peintre et voyageur, ami de Gauguin, Henry de Monfreid débuta mal.

Il fut refusé à Polytechnique et se ruina dans des affaires et des amours médiocres.

Sans un sou, le cœur vide, il s'embarqua il y a vingt ans pour l'Abyssinie, sur la foi de vagues renseignements où il était question de commerce de café. Il avait alors dépassé la trentaine. Il considérait que sa vie était achevée. Elle commença. »

La m...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet