Écho de presse

Annie Playden : la muse d'Apollinaire retrouvée en Californie

le 14/11/2021 par Julie Duruflé
le 06/08/2020 par Julie Duruflé - modifié le 14/11/2021
En 1913 paraît Alcools, qui regroupe les poèmes d'Apollinaire depuis 1898. Parmi eux, « la Chanson du Mal-aimé », « Annie », « l'Émigrant » et les poèmes de « Rhénanes » entre autres évoquent une femme, un grand amour du poète. Retrouvée par les spécialistes d'Apollinaire en 1947, en Californie, l'anglaise Annie Playden ignorait tout des vers qu'elle a inspirés. 

« Adieu, faux amour confondu
Avec la femme qui s'éloigne,
Avec celle que j'ai perdue
L'année dernière, en Allemagne,
Et que je ne reverrai plus ! »

Guillaume Apollinaire, « La Chanson du Mal-aimé », première publication dans Le Mercure de France en 1909. 


1947. Vingt-neuf ans après la mort de Guillaume Apollinaire, le poète et critique belge Robert Goffin se met sur la piste de ses amours. Et c'est avec succès qu'il retrouve la trace de l'un d'entre eux, Annie Playden. Le 1er octobre, le Mercure de France publie

« Dans un ranch de Californie, une vieille dame apprend qu'elle a été l'héroïne amoureuse d'un grand poète français, par Robert Goffin : elle s'appelle Annie Playden, et avait été aimée, avant 1901, de Guillaume de Kostrowitsky, dont elle ne savait pas, quand Robert Gof...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Découvrez une sélection d'ouvrages édités au XIXe siècle et issus d'un catalogue de 13 000 epubs !
Alcools
Guillaume Apollinaire