Écho de presse

La liste Otto : les livres prohibés en France par l'occupant nazi

le 15/08/2021 par Pierre Ancery
le 21/09/2020 par Pierre Ancery - modifié le 15/08/2021

Pendant l'Occupation, les Allemands mettent au point avec les éditeurs français une liste de livres « indésirables », et donc retirés de la circulation. Plus d'un millier de titres où l'on trouve pêle-mêle des ouvrages de Freud, De Gaulle, Marx, Aragon ou encore Thomas Mann.

Août 1940, deux mois après la signature de l'Armistice. Les Allemands, désormais maîtres de la France, se montrent soucieux de soumettre le monde de l'édition française.

 

En effet, comme le note Olivier Bessard-Banquy dans La Fabrique du livre, l'édition française au XXe siècle, les cadres allemands considèrent que « leur politique d’asservissement de l’Hexagone ne peut être acceptée à Paris et ailleurs que si les intellectuels montrent le chemin et justifient cette génuflexion de la pensée française devant la puissance de la culture frappée de la croix gammée. »

 

Pour mettre au pas les éditeurs, ils vont donc mettre en place une première liste de livres interdits, la « liste Bernhard ». Celle-ci, élaborée à Berlin, comprend 143 livres « politiques ». Quelque 700 000 ouvrages, aussitôt saisis par les autorités, sont mis au pilon.

 

Mais cette première liste, entièrement conçue par les Allemands, va bientôt être remplacée par une seconde, la « liste Otto », ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)