Écho de presse

Laure Albin Guillot, photographe des Années folles

le 14/05/2021 par Zoé Isle de Beauchaine
le 17/02/2021 par Zoé Isle de Beauchaine - modifié le 14/05/2021
Laure Abin Guillot photographiée dans L'Intransigeant, juillet 1933 - source : RetroNews-BnF
Laure Abin Guillot photographiée dans L'Intransigeant, juillet 1933 - source : RetroNews-BnF

Célébrité française de l’entre-deux-guerres, proche de Montherlant, Laure Albin Guillot (1879-1962) a marqué l’histoire de la photographie française. Adepte d’approches expérimentales, elle jouit pourtant d’une immense popularité dans le monde de l’art comme dans la presse.

L’intérêt de Laure Albin Guillot pour la photographie naît des expérimentations qu’elle conduit aux côtés de son mari, chercheur en microscopie. A partir de préparations microscopiques de cellules d’organismes minéraux, végétaux et animaux, elle produit des photographies qu’elle appelle micrographies. En parallèle de ce travail expérimental, elle développe, dans les années 1910-1920, une activité de photographe de mode ainsi que de portraitiste.

Son style fait rapidement sa renommée, attirant le Tout-Paris dans son studio de la rue du Ranelagh. La photographe joue particulièrement sur la lumière, diffuse et enrobante, afin de produire des portraits qu’elle veut psychologiques, mettant en avant l’intériorité du modèle avec subtilité et simplicité. Les écrivains Paul Valéry, André Gide, Georges Bernanos, les acteurs Louis Jouvet ou Suzie Solidor… Tous viennent se faire tirer le portrait chez Laure Albin Guillot. Elle est faite Chevalier de la Légi...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée