Long Format

Black Widow et l’histoire des espionnes dans la culture populaire

le par - modifié le 10/11/2020

Figure récurrente du cinéma ou de la bande dessinée, l’espionne, « femme fatale » et « traîtresse » usant de ses charmes pour défaire les héros, découle d’une construction historique prenant ses sources aussi bien chez « l’empoisonneuse » que chez Mata-Hari.

La super-héroïne Black Widow (« la Veuve Noire » en anglais), incarnée par l’actrice Scarlett Johansson dans les récents films Marvel, est apparue en avril 1964 dans Tales of Suspense n° 52 par Stan Lee, Don Rico et Don Heck. Dépeinte à l’origine comme une espionne russe, ce personnage devient très vite populaire au point de bénéficier de sa propre série en 1970 puis d’être la première femme admise dans dans l’équipe des Avengers (les « Vengeurs ») dans les films sortis à partir de 2010. 

Mais, si la Veuve Noire suscite une telle fascination, c’est qu’il s’inspire de stéréotypes bien ancrés dans la culture populaire et dans les représentations sociales qui ont cours en Occident dès le XIXe siècle, autant d’éléments que plusieurs générations d’auteurs de comics vont s’emparer pour mieux les transformer.

RetroNews c’est plus de 1500 titres de presse française publiés de 1631 à 1950, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Newsletter

Black Widow est d’abord associée à une image négative. Une première version de la super-héroïne apparaît en août 1940 dans les pages de Mystery Comics n° 4 sous les traits d’une jeune femme inquiétante, Claire Voyant, qui, après avoir passé un pacte avec le Diable, gagne la faculté extraordinaire et terrifiante du tuer en touchant ses victimes. Son pouvoir et son nom renvoient à une espèce particulièrement venimeuse d’araignée, la veuve noire, réputée – à tort – pour dévorer ses partenaires sexuels masculins, animal auquel on associe vite les femmes accusée d’empoisonnement.

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)