Chronique

Une utopie devenue cauchemar dans les îles Galapagos

le 15/12/2020 par Yvan Gastaut
le 08/12/2020 par Yvan Gastaut - modifié le 15/12/2020
Les aventuriers européens venus chercher le paradis terrestre aux Galapagos, Paris-Soir, 1934 – source : RetroNews-BnF
Les aventuriers européens venus chercher le paradis terrestre aux Galapagos, Paris-Soir, 1934 – source : RetroNews-BnF

En 1932, un couple d’Allemands décide de quitter l’Europe et la « civilisation ». Rejoints par d’autres cherchant comme eux à « revenir à l’état de nature », leur robinsonnade tourne au drame, commenté en direct par la presse française – et Georges Simenon.

« L’envie d’ailleurs » : la presse des années trente alimente un état d’esprit et nourrit les imaginaires français et européens. Voyager certes ou peut-être « tout quitter » pour revenir à l’état de nature dans un contexte de montée des tensions sur le Vieux Continent.

Si quelques-uns vont tenter la folle aventure, beaucoup vont en rêver en lisant une presse qui alimente largement cette mythologie du lointain. Et lorsque à cette dimension s’ajoute intrigues et fait divers, l’affaire accroche le lecteur.

Ce sera le cas des pérégrinations tumultueuses de quelques Allemands et Autrichiens dans îles Galapagos, avec un parfum d’épais mystères à la clé. Nous sommes au début des années trente. Tout se joue dans l’une des îles de l’archipel équatorien, la petite Floreana, 173 km2, avec aujourd’hui seulement 170 habitants mais devenue une incontournable étape touristique avec l’accostage régulier de bateaux de croisière.

RetroNews c’est plus de 1500 titres de presse française publiés de 1631 à 1950, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)