Écho de presse

Le mystère du vaisseau fantôme la Mary Celeste

le 01/09/2018 par Michèle Pedinielli
le 03/08/2018 par Michèle Pedinielli - modifié le 01/09/2018
Peinture de 1861 de la Mary Celeste par un artiste inconnu - Source Wikicommons

En 1872, un navire est retrouvé en pleine mer quasiment intact et désert, son équipage volatilisé. Le mystère de la Mary Celeste alimente toujours les récits de bateau-fantôme.

Le 4 décembre 1872, le capitaine du trois-mâts Dei Gratia qui file sur Gibraltar aperçoit à 400 milles à l’est des Açores une brigantine sous voile de huniers et grand foc dont le comportement lui paraît bizarre. Le bateau ne file pas en ligne droite et le pont apparaît étrangement désert. En abordant le navire, l’impression se confirme : le bâtiment est entièrement vide.

« La cargaison, qui consistait en futs d'esprits, n'avait pas été touchée, une cabine qui avait dû être habitée par une femme et son enfant n'avait pas été pillée, tout y était à sa place. Une petite fiole contenant de l'huile était posée sur une machine à coudre, sur une table on voyait une pelote de coton et un dé qui n'étaient pas tombés à terre....

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Débuts de la IIIe Rép. (1871-1898)

Sur le même sujet