Chronique

Exilés à la dérive : l’Affaire des « Polonais du Havre », 1834

le 02/01/2020 par Delphine Diaz
le 03/07/2018 par Delphine Diaz - modifié le 02/01/2020
Illustration en faveur de la pièce historique « Les Polonais » d'Auguste Poitevin, 1831, estampe - source : Gallica-BnF

Pendant la monarchie de Juillet, tandis qu’un bateau de réfugiés polonais tente de faire escale dans le port du Havre, Louis-Philippe refuse, estimant que le nombre de réfugiés polonais en France est déjà trop important.

Le sort de L’Aquarius, bateau financé par l’ONG « SOS-Méditerranée » et venu au secours de 630 naufragés originaires d’Afrique subsaharienne, rejeté des ports italiens, maltais et français, a mis une nouvelle fois au jour la crise de l’asile en Europe.

La position de la France, consistant à refuser d’ouvrir l’un de ses ports au bateau mis en danger par des conditions maritimes difficiles, va à l’encontre d’une longue tradition d’hospitalité. Mais en réalité celle-ci mérite d’être interrogée, puisque dans son passé, le pays s’est déjà montré réticent à l’idée d’accueillir des bateaux transportant à leur bord des migrants, des exilés ou des déportés ét...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet