Chronique

Des réfugiés nommés généraux : les Polonais de la Commune

le 11/10/2021 par Édouard Sill
le 06/04/2021 par Édouard Sill - modifié le 11/10/2021
Caricature du général polonais Dombrowski parue en Une du Fils du Père Duschène, 1871 - source : RetroNews-BnF
Caricature du général polonais Dombrowski parue en Une du Fils du Père Duschène, 1871 - source : RetroNews-BnF

À la suite de la Guerre de 1870, de nombreux réfugiés politiques internationaux venus défendre la France reprennent les armes du côté des communards. Parmi eux, les généraux Dombrowski et Wroblewski, figures de la résistance polonaise.

En 1863, une nouvelle fois, la Pologne s’embrase et secoue le joug des Tsars. Depuis le traité de Vienne en 1815 qui l’a assujettie à l’Empire russe, la Pologne se soulève régulièrement. Les patriotes polonais sont à chaque fois vaincus mais la presse française rend compte avec chaleur des combats des Polonais pour leur liberté.

On invoque naturellement les temps que les Pères ont connus, où, parmi les Grognards, Français et Polonais marchaient côte-à-côte. Le Siècle s’emporte contre la « France ingrate » envers la petite Pologne qui la protège de l’appétit russe :

« Le czar réunit son armée et annonce qu'il va rétablir l'ordre dans l'Occident. 

La Pologne n'hésite pas, elle se lève tout entière : elle meurt comme elle est morte à Leipzig et sous les murs de Paris ; mais, plus heureuse cette fois, elle a sauvé la France !... la France ingrate ! »

Tandis que la répression russe faire pendre les patriotes, beaucoup prennent le chemin de l’exil : c’est « la Grande Émigration » qui conduit notamment vers la France plusieurs vagues d’insurgés, devenus des exilés, des réfugiés.

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet