Chronique

L’Ancien Régime et la naissance de l’espionnage moderne

le 31/08/2021 par Alain Hugon
le 26/08/2021 par Alain Hugon - modifié le 31/08/2021

Les mutations techniques apparues à la fin du Moyen Âge ont favorisé le développement de l’espionnage. À la mesure de l’accélération de la mobilité des informations en Europe, gazettes et diplomates alimentent la connaissance et attisent la soif de « renseignements ».

Cet article est paru initialement sur le site de notre partenaire, le laboratoire d’excellence EHNE (Encyclopédie pour une Histoire nouvelle de l’Europe).

La volonté de pénétrer les décisions des autorités, adverses ou non, est une réalité pérenne des civilisations européennes – depuis les premiers témoignages du passé, de Rome jusqu’à nos jours. Si cette tentation est une constante dans l’histoire du continent, les conditions de sa réalisation évoluent très fortement selon les sociétés et selon les moyens techniques à leur disposition.

Les pratiques de renseignement évoluent suite aux bouleversements de la « révolution de l’écrit », à la fin du Moyen Âge. Ses conséquences sur la circulation de l’information dans l’ensemble du monde occidental sont déterminantes pour la naissance de véritables services secrets.

L’institutionnalisation de l’espionnage

La péninsule italienne préfigure nombre d’innovations dans les usages du renseignement politique. La révolution communale et l’émergence des cit...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet