Écho de presse

Le Soviet selon la presse française : « chaos et anarchie »

le 28/01/2021 par Marina Bellot
le 17/10/2017 par Marina Bellot - modifié le 28/01/2021
Une affiche russe à la gloire de l'Armée rouge - Source : Gallica BnF

En 1917, la Révolution d'Octobre crée en France une inquiétude sans précédent, faisant craindre un désengagement des soldats russes alliés.

25 octobre 1917. Lénine et Trotski organisent un soulèvement armé à Petrograd contre le gouvernement provisoire dirigé par Kerenski. Alors que la guerre est de plus en plus impopulaire et les pertes russes très lourdes, le coup de force bolchevique réussit : les représentants des Soviets de tout le pays approuvent l'insurrection. Le 26 octobre, Trotski annonce officiellement la dissolution du gouvernement.

En France, les journaux rendent compte des « convulsions russes », avec en toile de fond une préoccupation majeure : leurs répercussions sur la poursuite de la guerre. La Russie, considérée comme un immense réservoir d’hommes, est en effet une alliée de taille.

La révolution d'Octobre – nom donné au coup de force de Lénine et Trotski – a renforcé les craintes. Car les Soviets sont désormais maîtres de la Russie, avec un mot d'ordre : « Vive la révolution des soldats, des ouvriers, des paysans ! »

La Lanterne du 10 novembre se fait l'écho de ses premières proclamations :  

« 1° Tout le pouvoir appartient aux Soviets. Les commissai...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet