Écho de presse

L'armistice de 1918, de la liesse à la désillusion

le 14/11/2020 par Marina Bellot
le 07/11/2018 par Marina Bellot - modifié le 14/11/2020
La foule en liesse sur les Grands boulevards le jour de l'armistice du 11 novembre 1918, Agence Rol - source : Gallica-BnF

Le 11 novembre 1918, l'armistice met fin aux combats de la Grande Guerre : la presse française célèbre ce « jour de gloire » avec effusion. Mais, très vite, la joie de la victoire laisse un goût amer aux Français.

Après quatre années d’une guerre aux conséquences sans commune mesure dans l’Histoire, les plénipotentiaires allemands signent à Rethondes les conditions de la paix.

La presse française, qui voyait se rapprocher depuis plusieurs semaines l'issue du conflit, annonce en Une la fin de la Première Guerre mondiale. Dans les journaux de tous bords, c’est la joie, l’immense soulagement et la reconnaissance aux soldats français qui s’expriment à l’unisson.

« Le jour de gloire », titre Le Petit Parisien, qui expose les conditions de l'armistice : 

«​ I) Cessation des hostilités, sur terre et dans les airs, six heures après la signature de l'armistice.

II) Évacuation immédiate des pays envahis [...] dans un délai de quinze jours à dater de la signature de l'armistice. […]

IV) Abandon par les armées allemandes du matériel de guerre en b...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée