Écho de presse

1939, dernier été avant la guerre

le 12/04/2021 par Marina Bellot
le 29/08/2019 par Marina Bellot - modifié le 12/04/2021
Caricature montrant Ribbentrop baisant la main de Staline devant Molotov, dans le journal polonais le Mucha, 1939 - source : WikiCommons
Caricature montrant Ribbentrop baisant la main de Staline devant Molotov, dans le journal polonais le Mucha, 1939 - source : WikiCommons

Malgré la menace qui gronde à l'été 1939, les Français veulent croire à la paix. Jusqu'à l'annonce, le 23 août, de la terrible nouvelle du pacte germano-soviétique, qui mettra irrémédiablement fin à la légèreté estivale.

Été 1939. Le temps est au beau fixe depuis deux mois sur la majeure partie de l’Europe. En France, l’ambiance est légère. L’approche des vacances inspire à la presse de doux éloges de la paresse. 

«​ Les voici qui s'approchent, les vacances, bourdonnantes comme des Walkyries, fines et chargées d'or comme les trois Hespérides »​, s’enflamme l'écrivain et poète Léon-Paul Fargue dans le magazine Marianne, le 19 juillet : 

«​ Nous allons les voir monter à l'assaut de notre paresse, et redescendre dans un nuage pourpre vers les théâtres de l'automne.

Courtes sont les semaines pendant lesquelles il nous sera donné de les ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet