Écho de presse

Basil Zaharoff, richissime « marchand de mort » de la Belle Epoque

le 14/11/2021 par Pierre Ancery
le 25/02/2021 par Pierre Ancery - modifié le 14/11/2021

Le tortueux marchand d'armes Basil Zaharoff (1849-1936) fut l'un des hommes les plus riches du monde. Scruté par les médias des années 20 et 30, il fut perçu jusqu'à sa mort comme l'archétype du « profiteur de guerre », commerçant avec toutes les puissances européennes.

Les lecteurs de L'Oreille cassée (1937), sixième album des aventures de Tintin, se souviennent peut-être du personnage de Basil Bazaroff, ce marchand d'armes que l'on voit paisiblement vendre des canons au San Theodoros du général Alcazar, avant d'aller faire la même chose dans le pays rival, le Nuevo Rico.

Pour les lecteurs de l'époque, la référence est transparente : Basil Bazaroff n'est autre que l'homme d'affaires Basil Zaharoff, décédé en 1936, dont Hergé a reproduit l'apparence (moustache, barbiche, canne, chapeau) et a à peine modifié le nom. Pendant l'entre-deux guerres, le « mystérieux » Zaharoff, richissime industriel dont la biographie est alors semée de zones d'ombre, a en effet été rendu immensément célèbre par les médias, qui ont fait de lui l'archétype du « marchand de mort » et du « profiteur de guerre » responsable du massacre de 1914-18.

La vie de ce personnage redoutablement cynique, reconstituée en 2019 par l'historien Tristan Gaston-Breton dans le livre Basil Zaharoff, l'inc...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet