Écho de presse

Son nom est Bell, Gertrude Bell

le 13/09/2021 par Michèle Pedinielli
le 17/06/2021 par Michèle Pedinielli - modifié le 13/09/2021
Sgt. Reeves et Gertrude Bell en Irak, circa 1920 – source : Flickr-WikiCommons
Sgt. Reeves et Gertrude Bell en Irak, circa 1920 – source : Flickr-WikiCommons

Elle a été écrivaine, exploratrice, diplomate et surtout, agent secret. L’archéologue britannique Gertrude Bell a joué un rôle déterminant dans la position britannique au Moyen-Orient : c’est elle, notamment, qui plaça Fayçal Ier à la tête du royaume d’Irak.

Née en 1868 dans une riche famille du Yorkshire, Gertrude Bell s’affranchit rapidement des codes de sa classe sociale. Les jeunes Anglaises bien nées pratiquent un sport d‘élite pour fréquenter les cercles adéquats ? Elle découvre l’alpinisme et passe ses étés à tester les limites de la discipline. La haute société voyage en Italie et en France pour effectuer un « tour d’Europe » ? Elle préfère pousser jusqu’au tour du monde, qu’elle effectue deux fois.

Au cours de l’un de ces voyages, elle tombe amoureuse d’une région : le Moyen-Orient.

« Son oncle, sir Franck Lascelles, ayant été nommé ministre d'Angleterre à Téhéran, Gertrude Bell fit un voyage en Perse, voyage décisif pour sa carrière.

Comme il arrive si souvent, la jeune femme subit presque immédiatement ce qu'on appelle ‘la magie de l'Orient’ et, abandonnant les recherches historiques auxquelles elle s...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet