Interview

22 juin 1944 : L’opération Bagration, chant du cygne de l’armée nazie

le 26/01/2021 par Jean Lopez, Arnaud Pagès
le 26/01/2021 par Jean Lopez, Arnaud Pagès - modifié le 26/01/2021
Soldats soviétiques lors d'une attaque dans la ville lettone de Jelgava, juillet 1944 - source : WikiCommons
Soldats soviétiques lors d'une attaque dans la ville lettone de Jelgava, juillet 1944 - source : WikiCommons

Trois ans jour pour jour après le début de l'opération Barbarossa, les Soviétiques attaquent par surprise la Wehrmacht. Quelles seront les conséquences de cette opération sur le déroulement du conflit ? Peut-on lire cette offensive soviétique comme une « revanche » de Staline sur Hitler ?

Jean Lopez est journaliste et historien. Il est le directeur de la rédaction du magazine Guerres & Histoire et a dirigé avec l’historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale Olivier Wieviorka plusieurs ouvrages sur le conflit et ses conséquences.

Avec lui, nous nous sommes entretenus de l’opération Bagration, offensive prenant place sur le front de l’Est et qui, avec le Débarquement allié, scelle le destin de l’Allemagne nazie.

Propos recueillis par Arnaud Pagès

-

RetroNews : En juin 1944, quelle est la situation des armées allemandes et soviétiques ? Où en est la guerre à l'Est ?

Jean Lopez : Après l'échec des opérations Barbarossa en 1941 et Fall Blau en 1942, les Allemands vont lancer une nouvelle offensive stratégique en 1943 à Koursk, sur une portion beaucoup plus restreinte du front. C'est un nouvel échec. A partir de là, le front recule d'environ 1 000 km vers l'Ouest.

En juin 1944, celui-ci est à peu près fixé le long de la frontière de 1939, sauf en Biélorussie, ou les Allemands demeurent profondément enfoncés. Il n'est plus question pour eux ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Sur le même sujet