Long Format

1933-1939 : L'exil contraint des Juifs d'Allemagne

le par - modifié le 05/08/2020

Entre 1933 et 1939, plus de la moitié des 520 000 Juifs d'Allemagne quittent le pays pour fuir les persécutions nazies. On estime qu'au moins 30 000 sont venus chercher refuge en France, avant que la politique migratoire, comme dans les autres pays d'accueil, ne s'y durcisse.

1933. Hitler, devenu chancelier, met en place une politique de persécution des Juifs. Le but des nazis est alors de créer un « espace vital » d'où les Juifs seraient absents et de les contraindre à quitter l'Allemagne. Le pays compte alors quelque 520 000 Juifs.

 

À l'arrivée d'Hitler au pouvoir, nombre d'entre eux (37 000 à 38 000 personnes) vont immédiatement quitter l'Allemagne en direction des pays européens voisins. Leur arrivée dans ces pays d'accueil, où ils se retrouvent souvent privés de ressources, sera très difficile. Les pays d'Europe et les États-Unis limitent en effet sévèrement leur immigration, et l'obtention d'un visa s'y avèrera souvent compliquée – voire impossible, à la fin de la décennie.

 

Parmi les principaux pays qui accueilleront les Juifs jusqu'en 1939, on trouve les États-Unis, la Palestine (sous mandat britannique), le Royaume-Uni, la France, mais aussi plusieurs États d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

 

En France, dès les premières arrivées de réfugiés, la presse locale se penche sur leur sort.

 

En mai 1933, Le Petit Journal passe ainsi « deux jours avec les Juifs allemands réfugiés à Paris ». Sous la photo illustrant l'article, qui représente deux émigrés en train de se cacher le visage, ce commentaire : « Ils ont peur, peur de tout... même du photographe ».

 

Le reporter interviewe un avocat munichois, qui raconte son exil :

Pancarte antisémite en Allemagne, 1933 : « Allemands, défendez-vous ! N'achetez pas chez les Juifs ! » - source : WikiCommons

« – Je suis avocat au barreau de Munich. Marié, deux petites filles : 10 ans et 8 ans. J'ai défendu des pacifistes. Le soir de l'Incendie du Reichstag, un ami m'a pré...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet