Long Format

1941 : l’ignoble exposition « Le Juif et la France » ouvre ses portes

le par - modifié le 08/09/2020

Après un peu plus d’un an d’Occupation, le tristement célèbre Institut des questions juives met sur pied une exposition à destination du public parisien. Son sujet : une histoire profondément romancée et antisémite de la communauté juive en France et dans le monde.

Le 5 septembre 1941, une exposition d’un genre particulier est inaugurée au palais Berlitz dans un immeuble « art déco » construit quelques années plus tôt dans le deuxième arrondissement de Paris, rue de la Michodière : il s’agit du « Juif et la France ».

Nous sommes en pleine période de l’Occupation et cette exposition a été pensée et préparée par l’Institut d’étude des questions juives (IEQJ), organisme privé créé en mai 1941 avec le soutien matériel et moral des services de la propagande allemande (Propagandastaffel). Même s’il n’existe pas de lien officiel avec les autorités nazies, son intention ne fait aucun doute : accompagner par un volet « culturel » les mesures discriminatoires du régime de Vichy – et notamment la promulgation du Statut des Juifs d’octobre 1940 et juin 1941.

L’exposition reflète à bien des égards l’air du temps, écrasé sous le poids inouï des préjugés, qui accompagne la restriction des droits des Juifs étrangers ou français, leur éviction de certaines professions ou encore la confiscation de leurs biens. Elle montre comment, en général, les esprits sont préparés au principe du port de l’étoile jaune qui sera instauré en zone occupée par un décret du 29 mai 1942 ou les rafles – telle celle du Vel d’hiv les 16-17 juillet 1942 – en préambule de la « Solution finale ».

« Comment reconnaître le Juif ? »

Cette expositi...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Sur le même sujet