Écho de presse

Schopenhauer, la gloire tardive d'un inquiet

le 27/06/2021 par Pierre Ancery
le 10/09/2018 par Pierre Ancery - modifié le 27/06/2021
Arthur Schopenhauer, daguerréotype, 1852 - source WikiCommons

Arthur Schopenhauer (1788-1860) fut sans doute le philosophe le plus lu de la fin du XIXe siècle. C'est de cette époque que date son image de pessimiste absolu, pour qui la vie n'est que souffrance.

Le 7 octobre 1856, un rédacteur de La Gazette de France raconte sa brève rencontre avec le philosophe allemand Arthur Schopenhauer, 68 ans. C'est sans doute la première et seule interview de lui jamais publiée dans la presse française. Quatre ans plus tard, Schopenhauer mourait.

 

« En 1818, M. Schopenhauer, disciple et émule de Kant, a publié un livre de philosophie intitulé : Le Monde comme volonté et imagination [...]. Si M. Schopenhauer eût été ambitieux ou seulement nécessiteux, il serait devenu professeur à n'importe quelle Université duodécimale de l'Allemagne, et son système philosophique, qui est le complément affirmatif de la partie négative de Kant, eût fait du bruit.

 

Mais comme il aimait mieux vivre en philosophe de mansarde, – c’est le nom qu’il se donne – loin du monde et de la science à livrée, personne [...] ne fit mention de son livre [...].

 

Tout à coup, après quarante années de silence, la critique esthétique et philosophique, croyant M. Schopenhauer mort et enterré, l’exhume, l'analyse et le déclare le premier philosophe du siècle, le premier penseur de l’Allemagne [...].

 

De toutes parts on vient voir le célèbre philosophe Schopenhauer, à tel point que le vieillard, car il a 72 ans [sic], est forcé de...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres