Écho de presse

La guerre de Sécession est terminée

le 04/11/2019 par Michèle Pedinielli
le 31/10/2019 par Michèle Pedinielli - modifié le 04/11/2019
L'abandon du général Lee, 1865 - source : WikiCommons

Au début du mois d’avril 1865 se déroulent plusieurs batailles entre les troupes nordistes du général Grant et l’armée de Virginie du général Lee. La dernière se joue à la gare d’Appomattox et voit la défaite totale des troupes confédérées. La capitulation sera signée le 9 avril 1865 dans la petite ville de Virginie.

En avril 1865, la guerre de Sécession en Amérique du Nord dure depuis quatre ans jour pour jour. Les dépêches qui arrivent dans les rédactions françaises font état d’une avancée des troupes nordistes du général Ulysses Grant.

« Des dépêches de New-York, en date du 5 avril, transmises par la voie de Crooxhaven, annoncent qu’après trois jours de batailles sanglantes, Grant a occupé, le 3 au matin, Richmond et Pétersburg. Lee s’est retiré au nord de la rivière Appomatox, dans la direction de Lynchburg, suivi de près par Grant, qui capturait sur sa route de nombreux prisonniers. »

Depuis le 29 mars, les forces de l’Union attaquent les troupes confédérées du général Lee autour de la rivière Appomattox (Virginie). Le 1er avril, le Ve Corps du général Warren et la cavalerie du général Sheridan remportent une bataille décisive en délogeant les soldats sudistes du carrefour stratégique de Five Forks.

Une fois en possession de la route de Boydton, les fédéraux essayèrent de se rendre maîtres d'une partie du Whiteoak Road, situé à peu près à mi-chemin de la route de Boydton et du chemin de fer Southside; ils s’avancèrent ensuite sur ce railway en traversant une localité appelée The Five Forks. C’est là que l'ennemi s’était retranché ; mais il n'attendit pas l'attaque des fédéraux, il prit, au contraire, l'offensive avec une hardiesse que le succès couronne d’abord. On se battit avec un extrême acharnement pendant la journée entière du vendredi 31 mars, et tout ce que le général Warren, commandant du 5e corps, put faire, fut de se maintenir sur le terrain qu’il occupait le matin. Le combat recommença le 1er avril, et les chances en semblaient favorables aux confédérés quand le général Sheridan parut à la tête de sa cavalerie. Son mouvement sur Bakesville n’était qu’une feinte : il n’avait d'autre objet que de tromper le général Lee, de le priver d’une partie de ses troupes, et de le forcer da dégarnir son aile droite que le général Sheridan avait pour mission de tourner.

Les confédérés durent alors se replier sur Pétersburg par la route Whiteoak, et, dans leur retraite, ils perdirent 3 brigades et plusieurs pièces de canon.

Petersburg tombe le lendemain et l’armée confédérée se replie vers l’ouest en direction de la ville de Lynchburg.

Pour, l'éclaircissement de la situation, nous rappellerons que Lee, après avoir évacué Pétersbourg, se dirigea vers l'ouest en longeant la rive septentrionale de l'Appomatox (sic), afin de permettre à la garnison de Richmond de le rejoindre. Cette jonction s'effectua au pont de Matvan, point où la ligne de Danville franchit l'Appomatox.

Le 4, il traversait cette rivière et se portait aussi rapidement que possible vers le sud en suivant la voie ferrée; mais la grande courbe qu'il eut à décrire pour réunir ses forces lui fit perdre un temps précieux et permit à Sheridan de le devancer.

La cavalerie de Philip Sheridan et le Ve Corps de Warren sont en effet plus rapides que les troupes épuisées du général Lee. Le seul espoir de cette armée affamée, qui marche depuis des jours sans manger, se situe à Lynchburg d’où Lee espère que viendra le ravitaillement. Il demande à son neveu, le major général Fitzhugh Lee, de rallier la petite gare d’Appomattox où doit arriver un train avec de la nourriture et des armes.

Mais le 8 avril, les troupes du général Custer bloquent le convoi et saisissent en plus 25 canons arrivés en renfort. Le général Robert Lee perd la bataille d’Appomattox Station. Il est contraint d’accepter les conditions – généreuses – de sa reddition, posées par Ulysses Grant à la demande du président Abraham Lincoln.

Appomatox Court-House, 9 avril 1863.

Général,

Conformément au contenu de ma lettre d’hier (le 8), je vous propose de consentir à la reddition de l'armée de la Virginie septentrionale aux conditions qui suivent :

Des listes de tous les officiers et soldats seront faites en double. Une copie sera donnée à un officier désigné par moi, et l’autre sera conservée par un officier nommé par vous.

Les officiers confédérés devront donner individuellement leur parole de ne pas porter les armes contre le gouvernement des Etats-Unis jusqu'à ce qu’ils aient été régulièrement échangés, et chaque commandant de compagnie ou de régiment devra signer un engagement semblable pour les hommes placés sous ses ordres.

Les armes, l’artillerie et les propriétés mobiles appartenant au gouvernement confédéré devront être parquées et réunies pour être délivrées aux officiers désignés à cet effet.

Cette condition ne comprend pas les épées des officiers, non plus que leurs chevaux et leurs bagages.

Cela fait, chaque officier et chaque homme sera autorisé à rentrer chez lui, et ce, sans être inquiété par les autorités des Etats-Unis, aussi Iongtemps qu’il tiendra parole et obéira aux lois en force au lieu de sa résidence.

U.-S. Grant, lieutenant-général.

Le 9 avril 1865, Robert Lee signe la capitulation de l’armée de Virginie, la plus grande armée de la Confédération, mettant ainsi un terme à la guerre civile qui dure depuis quatre ans. Quelques jours plus tard, le 14 avril, Abraham Lincoln est assassiné.

...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée