Écho de presse

Marc'harit Fulup, la dernière « cigale bretonne »

le 21/08/2021 par Michèle Pedinielli
le 16/04/2018 par Michèle Pedinielli - modifié le 21/08/2021
Photo de Marc'harit Fulup, chanteuse de contes en langue bretonne, circa 1900 - source : Mairie de Pluzenet

En 1909 meurt une « Kannerez koz », une vieille chanteuse bretonne qui connaissait de mémoire plus de 150 contes et 300 chansons. Le pays de Tregor rend hommage à Marc’harit Fulup, monument de sa culture orale.

« Eun dra hepken
Am eus great em buez
 :
Kana
 ! »

 La seule chose
que l'ai faite dans ma vie
 :
C'est chanter
 ! »)

C’est sur une belle et humble tombe du cimetière de Pluzunet, dans les Côtes-d’Armor, que sont gravés ces quelques mots. Sous la dalle de granit repose Marc'harit Fulup, légendaire chanteuse de gwerz (cantiques rythmés) et de sônes (chants sentimentaux), que l’on appelait la « Cigale bretonne ».

Née en 1837 dans un milieu très modeste (son père est tailleur et sa mère filandière), Marc'harit Fulup n’a jamais appris le solfège. Mais elle vit dans un milieu où l’on se transmet oralement contes et chansons.

« Rappelez-vous...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Notre sélection de livres

Contes de Bretagne
Paul Féval
Achetez ce livre sur :
Contes de terre et de mer, légendes de la Haute-Bretagne
Paul Sébillot
Achetez ce livre sur :
Vieilles histoires du pays breton
Anatole Le Braz
Achetez ce livre sur :
La terre du passé
Anatole Le Braz
Achetez ce livre sur :

Cet article fait partie de l’époque : Rép. radicale (1898-1914)