Séquence pédagogique

L’éducation des filles au XIX° siècle

le par - modifié le 22/06/2022
le par - modifié le 22/06/2022

L’intérêt de cette séance est de montrer aux élèves les multiples freins qui existent à l’intégration des jeunes filles dans le système scolaire laïque français. Que ces obstacles viennent des religieux ou des conservateurs, ils défendent tous l’idée que les filles doivent recevoir une éducation spécifique qui vise avant tout à les maintenir dans leur rôle d’épouse et de mère.

SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE CLÉ EN MAIN

RetroNews propose des ressources pédagogiques réservées aux enseignants : pour télécharger l’intégralité de la séquence et sa correction, connectez-vous ou créez votre compte RetroNews.

Introduction

Cette question de l’instruction des filles peut être abordée avec les élèves de Terminale en HGGSP (histoire, géographie, géopolitique et sciences-politiques). Thème 6 : L’enjeu de la connaissance - Axe 1 : Produire et diffuser la connaissance - Jalon 1 : Donner accès à la connaissance : grandes étapes de l’alphabétisation des femmes du XVI° siècles à nos jours dans le monde.

_

L’éducation des filles a longtemps été jugée accessoire par rapport à celle des garçons. Traditionnellement prise en charge par les religieux, il faut attendre la III° République en France pour que l’alphabétisation des filles devienne une priorité. Mais, dans ce contexte de sécularisation de la société française, les oppositions à l’enseignement des jeunes filles sont encore très nombreuses. Même dans la première moitié du XXe siècle, la question de la mixité reste un sujet épineux.

Nous proposons aux élèves d’étudier trois extraits d’articles de presse qui montrent les freins à l’alphabétisation des femmes : La République française, Le XIXe siècle et Le populaire. L’enjeu pour les élèves est de voir comment l’éducation intègre progressivement les filles malgré les oppositions des religieux et des conservateurs.

Ils pourront aussi comprendre que l’instruction qui leur est délivrée reste encore spécifique, le but étant encore d’en faire de bonnes épouses, capables de gérer un foyer. Enfin, la question de la mixité est intéressante car elle soulève systématiquement la question des mœurs entre les garçons et les filles. Même si des écoles mixtes existent avant cette date, il faudra attendre 1976 pour que la mixité devienne la règle en France.

Document 1 : extrait de La République française, 1887

« L’annonce de l’ouverture de quelques nouveaux collèges ou lycées de jeunes filles met hors des gonds les journaux des congrégations. Le Figaro lui-même, dévot à ses heures, se voile la face à l’idée que Paris possède déjà le lycée Fénelon, avec ses 359 élèves. […] Le rédacteur du Figaro, qui parait avoir des raisons personnelles pour n’être l’ami ni de l’enseignement secondaire des garçons ni de celui des filles, se plaint, en son langage, de ces bourreaux, de ces empoisonneurs du sexe faible qui ont conçu le rêve sacrilège d’instruire les femmes, de leur apprendre la grammaire et le reste, et qui « dans ce but, dit-il, leur donnent la même instruction que les jeunes gens. » Et il conclut en déclarant qu’il aimerait mieux voir sa fille balayeuse des rues qu’élève d’un lycée de jeune fille.

Il ne s’agit de faire ni des académiciennes, ni des aventurières, mais des Françaises intelligentes, qui puissent être associées par la communauté des études aux occupations et aux travaux de leurs maris, qui soient en état d’élever leurs enfants, d’en être les institutrices pendant les premières années, et plus tard les répétitrices. »

Document 2 : Extrait du XIXe siècle, 1879

« Madame Pape-Carpentier1 est peut-être plus connue encore en Angleterre et en Allemagne qu’elle ne l’était en France. Chez nous, cela est triste à dire, elle avait à lutter contre une faction puissante qui avait organisé autour d’elle la conspiration du dénigrement systématique, qui, un moment même, réussit à la faire destituer, et qui ne lui pardonnera jamais d’avoir montré qu’une laïque est capable de former des femmes honnêtes et instruites. Les nations étrangères n’ont pas de ces préjugés et se moquent des Jésuites2. »

1 : une pédagogue féministe de la fin du XIX° siècle

2 : une congrégation catholique masculine

Document 3 : Extrait du journal Le Populaire, 1924

« Le système de la construction n’a pas en France beaucoup de succès auprès des pédagogues et des familles, soit que l’on objecte la nécessité d’avoir, pour des intelligences différentes, des programmes distincts, soit qu’il semble dangereux, dans l’état actuel de nos mœurs, de réunir sur les mêmes bancs jeunes gens et jeunes filles. »

Exercices

Questions :

1. Selon vous, l’article de La République est-il favorable à l’éducation des filles ? Justifiez votre réponse.
2. Quel doit être le but de l’éducation des filles selon cet article ?
3. Relevez dans cet article tous les mots qui appartiennent au champ sémantique du religieux. Pourquoi alors le rédacteur du Figaro s’oppose-t-il à l’ouverture de lycées pour les jeunes filles ?
4. D’après l’article du XIXe siècle, qui sont ceux qui s’opposent aux projets de Madame Pape-Carpentier ? Que lui reproche-t-on et comment a-t-on tenté de lui nuire ?
5. Citez les deux arguments soulevés dans l’article du Populaire qui s’opposent à l’enseignement mixte ?

SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE CLÉ EN MAIN

RetroNews propose des ressources pédagogiques réservées aux enseignants : pour télécharger l’intégralité de la séquence et sa correction, connectez-vous ou créez votre compte RetroNews.