Long Format

Les accords de Munich en 1938

le par - modifié le 05/08/2020

En septembre 1938, l’Europe est au bord de la guerre à cause de la crise des Sudètes. Le 30 septembre 1938, Édouard Daladier est acclamé par une foule parisienne à son retour de la conférence de Munich, persuadée qu’il a su préserver la paix face aux exigences hitlériennes, au prix du sacrifice de la Tchécoslovaquie.

La crise des Sudètes et la politique d’apaisement des démocraties européennes

Le 12 septembre 1938, Hitler déclenche une crise diplomatique entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie en réclamant le rattachement des Allemands des Sudètes au IIIe Reich au nom du droit à l’autodétermination (Le Populaire, 13 septembre 1938). Il s’appuie sur le parti pro-nazi des Sudètes dirigé par Konrad Henlein qui multiplie les provocations en Tchécoslovaquie (Le Figaro, 18 septembre 1938).

Le Petit Journal, 27 septembre 1938 - source : Gallica-BnF

Cette crise reflète la montée des tensions en Europe, provoquées par les coups de force d’Hitler depuis son arrivée au pouvoir en 1933. Il entreprend un progressif démantèlement du traité de Versailles, remettant en question ses clauses territoriales et militaires, considérées comme des « diktats » et multiplie les revendications territoriales pangermanistes. Il rétablit le service militaire le 16 mars 1935 (Le Petit Parisien, 17 mars 1935) puis remilitarise la Rhénanie en mars 1936. Il obtient la réintégration de la Sarre en 1935 puis procède à l’Anschluss (la fusion de l’...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet