Écho de presse

Juillet 1830 : la révolution des journalistes

le 04/05/2019 par Romain Bedel
le 24/07/2017 par Romain Bedel - modifié le 04/05/2019
Révolution de 1830 (29 juillet) Formation des barricades - Bellangé (1800-1866) - J. lith. de Gihaut frères éditeurs - 1830 - Source BnF

"La force matérielle seule a pu empêcher jusqu'à présent Le Constitutionnel de paraître : il ne cessera jamais d'être voué à la sainte cause de la liberté".

26 juillet 1830, la presse engage la révolution. Dans le même mouvement, les Parisiens se soulèvent contre Charles X. La presse révèle alors son rôle central dans le conflit civil et la diffusion des informations liées à la formation du nouveau régime, la "monarchie de Juillet".

Des ordonnances royales réduisant drastiquement la liberté de la presse sont publiées dans Le Moniteur universel du 26 juillet :

"Ce serait nier l’évidence que de ne pas voir dans les journaux le principal foyer d’une corruption dont les progrès sont chaque jour plus sensibles, et la première source des calamités qui menacent le royaume [...]. Nul journal et écrit périodique ou semi-périodique, établi ou à établir, sans distinction des matières qui y seront traitées, ne pourra paraître, soit à Paris, soit dans les départements, qu’en vertu de l’autorisation qu’en auront obtenue de nous séparément les auteurs et l’imprimeur."

Le 27 juillet, Adolphe Thiers et l'ensemble des gérants de presse publient dans Le Globe, Le National, Le Journal du commerce et Le Figaro une "Protestation de la presse périodique" dans laquelle ils accusent le gouvernement de vio...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée