Écho de presse

Les Loups de la Butte, terreurs du Montmartre de la Belle Epoque

le 11/10/2021 par Michèle Pedinielli
le 18/01/2021 par Michèle Pedinielli - modifié le 11/10/2021
Apaches – ou « Joyeux » – parisiens devant une devanture de café, Agence Roger-Viollet, circa 1900 – source : WikiCommons

Ils s'appellent « Nib de blair », « L'Enfant gras » ou « Charlotte la grêlée ». Tous sont membres des Loups de la Butte, un gang d’Apaches du Nord parisien qui va régner plus de dix ans sur les hauteurs du XVIIIe arrondissement.

En septembre 1906, la police réussit à arrêter plusieurs membres d’une bande, les « Loups de la Butte », appartenant à ce large groupe d’adolescents irréguliers des quartiers populaires de la capitale, les Apaches.

Ces jeunes « titis » vivent à Montmartre où, apprend-on, ils imposeraient leur loi de la rue Marcadet à la place du Tertre, étendant même leur modeste empire sur tout le Nord-Est de Paris en s'affrontant régulièrement contre des bandes rivales, notamment les terribles Cœurs d'acier de Saint-Ouen, pour conquérir ou conserver leur territoire. Leur spécialité : le vol à l'étalage, qu'ils pratiquent notamment chez les commerçants des Buttes-Chaumont.

Chaque malfrat obtient rapidement un surnom dans la bande, souvent lié à sa provenance géographique, l’une de ses caractéristiques physiques ou une aptitude particulière. Lors du procès de six Loups, le grand public découvre ainsi le jeune âge des marlous en même temps que leurs drôles de patronymes.

« Ils son...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet