Interview

Des rapports entre justice et littérature, par Christine Baron

le 01/10/2021 par Christine Baron, Marina Bellot
le 20/09/2021 par Christine Baron, Marina Bellot - modifié le 01/10/2021
Portrait d'André Gide par Henry Bataille, 1901 - source : WikiCommons
Portrait d'André Gide par Henry Bataille, 1901 - source : WikiCommons

Dans son ouvrage La Littérature à la barre, la professeure de littérature Christine Baron analyse les multiples liens qu'entretiennent droit et littérature et montre comment ces deux mondes, en apparence opposés, se sont mutuellement nourris au fil des siècles.

RetroNews : Quelle parenté existe-t-il entre droit et littérature ?

Christine Baron : De nombreux liens existent entre la littérature et le droit. Bien des écrivains, particulièrement dans littérature du XIXe siècle, ont une formation juridique : Claudel a exercé une carrière de diplomate, Balzac et Stendhal ont tous deux étudié le droit. Stendhal disait d’ailleurs qu’il lisait chaque matin deux ou trois pages du Code civil, comme une sorte d’hygiène nécessaire à l’écrivain afin d’être toujours naturel.

Il existe également une proximité dans la lecture qu’on fait des textes : la tradition d’exégèse des textes de lois et la lecture savante qu’on fait des textes littéraires requièrent des compétences assez proches. L'herméneutique littéraire et l'herméneutique juridique ont souvent des critères et standards similaires.

 

Quelles sont quelques-unes des multiples manières dont la littérature...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet