Long Format

Un étrange anniversaire : les cinquante ans de la mort de Marx

le par - modifié le 11/01/2022

Penseur connu de quelques initiés à sa mort en 1883, Karl Marx est devenu un demi-siècle plus tard la boussole des mouvements socialistes et communistes. Tandis que le nazisme s’empare de l’Allemagne, les gauches européennes le fêtent en grande pompe.

« Un spectre hante l’Europe, le spectre du marxisme. 

De la multitude innombrable des philistins s’élève une rumeur confuse où l’on ne retient clairement que le nom de Karl Marx, un mélange indistinct d’outrages qui sont autant d’hommages et d’hommages qui sont autant d’outrages. 

Après la conspiration du silence dont parle l’auteur du Capital dans sa deuxième préface, la machination du tumulte. »

Ainsi s’exprime Boris Souvarine en avril 1933, ancien dirigeant de l’Internationale communiste et de sa section française, devenu farouchement antisoviétique depuis son exclusion du Parti communiste français en 1924. Son agacement à l’égard de la commémoration de la mort de Karl Marx – mort cinquante plus tôt – se comprend notamment à la lumière de l’évolution de l’URSS stalinienne – qu’il exècre – se réclamant alors avec fracas de Marx. 

Mais ces phrases témoignent aussi plus globalement de l’importance de l’événement. Alors que, à sa mort en 1883, Marx était relativement peu connu, l’auteur du Manifeste du parti communiste est désormais le porte-étendard de nombreux partis politiques. À commencer par les partis communistes fondés dans le sillage de la Révolution russe de 1917, pour qui le marxisme sert de boussole indépassable. 

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)

Sur le même sujet