Bonne feuille

Les lettres émouvantes des députés communistes incarcérés sous Vichy

le 17/08/2021 par Antoine Lefébure
le 18/04/2018 par Antoine Lefébure - modifié le 17/08/2021
Portraits de M. Honel et M. Parsal, députés communistes, Agence Meurisse, 1936 - source : Gallica-BnF

Tandis que le PCF est interdit en France fin 1939, 46 députés du Parti condamnés pour « trahison » échangent des mots de soutien depuis leur prison – ces messages seront interceptés par le gouvernement collaborationniste.

L’historien et expert en technologie des communications Antoine Lefébure vient de faire paraître Conversations secrètes sous l’Occupation aux éditions Tallandier, passionnant essai centré autour des méthodes de surveillance de la population employées par le régime vichyste entre 1940 et 1944.

Avec son aimable autorisation, nous en publions un extrait, retraçant les parcours de plusieurs députés communistes français incarcérés pour leurs convictions politiques à partir de 1939 – et les lettres qu’ils ont écrites à leurs proches, dont les autorités collaborationnistes se sont emparées.

En situation de guerre, les écoutes peuvent avoir des conséquences judiciaires dramatiques. Le gouvernement dispose d’un arsenal législatif redoutable : d’abord, le décret-loi du 26 septembre 1939 qui dissout le parti communiste et interdit toute propagande en sa faveur ; celui du 20 janvier 1940 qui fait des « propos défaitistes » un délit d’opinion puni comme une forme de sabotage ; enfin, le décret Sérol du 9 avril 1940 qui punit de mort tout individu « coupable de trahison », étant considérée comme trahison « la participation à une entreprise de démoralisation de l’armée ou de la nation ayant pour but de nuire à la défense nationale ».

Ce décret exceptionnel est envoyé dans les circonscriptions militaires, complété par une circulaire de Daladier qui signe en tant que ministre de la Défense :

« Ce nouveau texte légal atteint, en fait, tous les actes particulièrement graves de propagande, accomplis par des individus qui s’efforcent de ruiner le moral du pays et notamment par les agitateurs communistes ainsi que par leurs complices. »

La raison pour laquelle les communistes deviennent une cible privilégiée vient du pacte germano-soviétique d’août 1939. Jusque-là considérés comme antifascistes, ils passent depuis l’alliance Hitler-Staline dans le camp ennemi. Une vague anticommuniste déferle, le gouvernement Daladier fait saisir L’Humanité et dissout le PCF le 26 septembre. Les militants sont soupçonnés de pacifisme, voire de défaitisme, de saboter l’effort de guerre. […]

Il est frappant de constater que l’extrême gauche est beaucoup plus surveillée que la cinquième colonne nazie. Pourtant, les militants, avertis, se méfient et la commission de contrôle postal de Blois ne peut que le constater en février 1940 :

« L’attention des membres de la Commission a été maintes fois attirée et orientée sur la surveillance de la propagande communiste. Des listes de nombreux suspects de communisme sont en notre possession ; l’examen de leur courrier, attentivement fait, permet d’affirmer que la propagande par lettre est inexistante.

Que sont les pensées intimes de ces gens ? Mystère, car le silence total sur ces questions paraît être la règle. »

S’appuyant sur la loi portant dissolution du parti communiste, le gouvernement défère devant le tribunal militaire de Paris 44 députés communistes, poursuivis pour tentative de reconstitution de la ligue dissoute.

C’est de ce procès dont parle le sergent Boussingault, militant communiste que l’armée a voulu envoyer au bagne en 1935 et qui y a échappé après une campagne de propagande musclée du Parti. Parlant du procès monté contre les députés communistes, Boussingault le commente pour son ami Frevez du syndicat des techniciens de Denain :

« As-tu vu le procès ? 3 dégonflés sur 44, le reste ne se laisse pas faire, et pour faire le procès à huis clos faut-il qu’ils aient la frousse.

Tous les jours, on nous dit morts, mais j’ai l’occasion de lire des journaux de toutes couleurs et aussi fascistes (car mon peloton est presque au complet composé de ces éléments) et ces journaux réclament à cor et à cri la plus dure répression, même le peloton d’exécution.

Pour un parti mort, nous nous portons bien, il est vrai qu’il est des morts qu’il faut qu’on tue. Comme tu dis, nous, il faut nous préparer à tout, même au pire, et c’est avec confiance que nous pouvons envisager l’avenir.

Pour toi, comme ça doit être dur de faire le boulot que tu fais, mais je sais que tu dois prendre cela avec courage car ça changera.

Je termine, mon cher Henri, en t’envoyant mes meilleures amitiés et mon accolade fraternelle.

–Jules »

Résistant, Boussingault sera arrêté par la police française, livré aux Allemands et décédera dans le camp de concentration de Mauthausen. Une rue porte son nom à Valenciennes.

Les députés communistes emprisonnés ont également droit à une surveillance particulièrement étroite. La commission de contrôle postal de Lille rend compte du courrier d’Arthur Musmeaux, un député communiste du Nord incarcéré à la Santé. Nous sommes le 10 avril 1940, il écrit à sa femme et à son fils :

« Ma chère Zélia, mon cher petit Jean,

Tu auras été stupéfaite en apprenant le résultat du procès, toi qui dans toutes tes lettres espérais me voir acquitté, ou tout au moins condamné à une peine légère, combien j’avais raison de te dire de ne pas te bercer d’illusions, ce que l’on voulait c’était pour nous empêcher de donner notre opinion sur les événements pendant toute la durée de la guerre. [...]

J’aurais été un homme infâme si, pour obtenir ma liberté, j’avais renié mon passé, renié mes idées, mon idéal, mes amis, je me suis défendu devant mes juges avec énergie, tout en continuant à affirmer mes idées, mes principes, mes espoirs en un régime meilleur, c’est peut-être là qu’est mon véritable crime. »

Incarcéré dans plusieurs prisons pendant la guerre, déporté en Algérie, Musmeaux survivra à l’Occupation et sera réélu député de 1945 à 1973.

Conseiller municipal de Paris, Maurice Gardette a été interné administrativement en décembre 1939. En juillet 1940, il se trouve enfermé dans le fort de l’île d’Yeu d’où il écrit à sa femme :

« Ici, la vie devient intenable tellement les brimades se succèdent : deux camarades las de cette vie se sont évadés cette semaine. [...]

Ici, il ne faut pas être malade, il y a ici un camarade qui est en train de perdre la vue sans qu’il lui soit donné aucun soin, d’autres sont tuberculeux et bien malades. Il y a également de grands mutilés et invalides de guerre. [...]

Par ailleurs, on fait tout pour pousser à la guerre des nerfs à son maximum, espérant ainsi une rébellion qui retarderait notre libération. »

Il n’y aura pas d’issue pour Gardette, transféré deux fois avant d’être interné à Châteaubriant dans la Loire-Atlantique. Désigné comme otage, il sera fusillé avec vingt-six autres communistes par les Allemands, le 22 octobre 1941.

Secrétaire général des Jeunesses communistes, Jean Rieu est arrêté le 20 mai 1940 par la police. Interné au fort du Hâ à Bordeaux, il est déféré devant la justice militaire pour avoir fait de la propagande communiste, délit assimilé à la trahison et pouvant entraîner la peine capitale. Il écrit à son avocat le 1erjuin :

« Aux différents interrogatoires que j’ai subis, j’ai affirmé ma fierté d’être membre de la Jeunesse communiste et d’avoir des responsabilités dans cette organisation, car les documents dont j’étais porteur ne laissaient aucun doute sur mon activité. Évidemment, j’ai refusé de bénéficier des articles du Code pénal qui prévoient une atténuation de peine si l’inculpé fait preuve de repentir ou s’il aide la Justice.

J’avais pressenti un avocat de Bordeaux pour assurer ma défense. Après avoir pris connaissance de mon dossier, il m’a déclaré que si je ne modifiais pas mes réponses aux interrogatoires, je serais son premier condamné à mort depuis trente-cinq ans de métier.

Il est évident qu’à 19 ans, on ne s’avance pas le cœur joyeux vers le poteau d’exécution. Mais un combattant révolutionnaire songe avant tout à sa classe, à son Parti. À l’audience, je défendrai la politique des Jeunesses communistes, quelles qu’en soient les conséquences pour mon avenir. »

Condamné à vingt ans de prison par le tribunal militaire français de Clermont-Ferrand en janvier 1941, Jean Rieu s’évade en octobre 1943 de la prison de Saint-Étienne. Arrêté à nouveau en mars 1944, il est déporté à Dachau d’où il revient. Il sera ensuite membre du Comité central du PC.

Les avocats spécialisés dans la défense des communistes sont une cible évidente pour les écoutes qui les suivent dans la moindre de leurs activités. Dans les dossiers revient souvent le nom d’une avocate particulièrement active, Juliette Goublet. Le personnage vaut une mention.

Avec un père préfet et un grand-père capitaine du port de Landerneau, Juliette Goublet fut vite initiée aux affaires publiques. À 22 ans, elle était déjà avocate au barreau de Paris ; elle partit aider les républicains en Espagne avant de prendre en charge les dossiers des élus et des militants communistes inculpés à partir de 1938. La surveillance de son courrier était constante.

En 1942, elle vira de bord et s’afficha comme une partisane de la collaboration franco-allemande. Avec beaucoup de publicité, elle partit travailler en Allemagne comme « ouvrier soudeur ». Condamnée à la Libération, elle fit ensuite une carrière littéraire.

Conversations émouvantes entre Juliette Goublet et une de ses confrères, toutes deux chargées de défendre des militants communistes. Juliette téléphone à Odette Moreau qui accompagnera plus tard au poteau d’exécution Gabriel Péri.

En ce 31 mai 1940, elles parlent d’un autre condamné à mort, fusillé pour sabotage sur des moteurs d’avion Farman :

« Bonjour, Odette. J’ai beaucoup pensé à votre petit client.

– Ma chère, il ne s’est pas réveillé de la nuit. Son frère s’est réveillé, mais personne n’a fait de bruit. Les guichets étaient fermés. Ce qu’il y a de plus terrible, c’est qu’on va de la Santé au fort d’Ivry, moi l’avocat et l’aumônier, et qu’aussitôt arrivés sur les lieux, on a juste le temps de faire trois pas et qu’il est mort. C’est extraordinaire, ma chère. On arrive dans le fort, il y a un grand chemin, une haie et on descend de voiture près du poteau, on fait deux pas, l’aumônier et l’avocat pour se préserver et c’est tellement rapide, on entend une fusillade, le corps tombe à terre et il est mort.

– On n’a pas le temps de réaliser. Mais tu as bien vu s’il était vraiment mort au moins ?

– Bien sûr qu’il était mort. Ensuite, on l’achève par une balle de revolver dans l’oreille.

– Eh bien, c’est rassurant.

– Je suis partie de chez moi à 3 heures, et à 4 heures on quittait la Santé. »

Juliette Goublet, imprudente, explique ensuite comment elle va manœuvrer avec les autorités pour sauver la tête des deux autres ouvriers emprisonnés :

« Pour ne pas leur donner l’impression que je sollicite d’eux une faveur, je leur dirai qu’il y a intérêt qu’un rapport médical soit annexé à la demande de recours en grâce et surtout je vais tâcher d’obtenir un examen mental. Puis j’irai voir le général Héring, en lui suggérant la même chose. J’indiquerai que l’enquête a été mal faite par la police, qu’elle s’est trompée parce qu’elle est impuissante à trouver les coupables. Ils n’ont pas eu l’idée de mettre un ou deux policiers dans l’usine, de les embaucher avec le personnel afin de savoir quels étaient les auteurs du sabotage. Il fallait bien, tu comprends, que la police trouvât un coupable. Je vais demander un complément d’enquête en suggérant de faire embaucher des policiers dans l’usine de façon à mieux dépister les actes criminels qui peuvent s’y commettre.

– Pendant ce temps, ça fera durer l’affaire. »

Lors d’une conversation téléphonique, le 6 juin 1940, il apparaît que Juliette Goublet continue à exercer son métier d’avocat sans faiblir. À sa correspondante, elle demande un service :

« J’ai actuellement deux infanticides et trois ou quatre condamnés à mort dont je m’occupe de toute mon âme. Avez-vous votre voiture ? Nous pourrions monter ensemble demain à Fresnes sous réserve de vous payer une partie de vos frais d’essence. »

Son interlocutrice lui demande si un de ses clients emprisonnés, Rambeau, « est vraiment communiste » alors qu’il est accusé de sabotage. Juliette répond, furieuse :

« Ma chère, je tiens à vous déclarer que le parti communiste, même clandestin, n’a jamais donné d’ordre de sabotage et qu’il s’élève de toutes ses forces contre de tels actes. »

Conversations secrètes sous l’Occupation est publié aux éditions Tallandier.

Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Sur le même sujet