Écho de presse

Les émeutes des « ligues » d'extrême droite de février 1934

le 21/02/2019 par Marina Bellot
le 06/09/2017 par Marina Bellot - modifié le 21/02/2019
Illustration : Le Populaire du 8 février 1934

Le 6 février 1934, les manifestations dégénèrent à quelques pas de l'Assemblée nationale. L'événement ouvre la voie à un débat national sur la dissolution des ligues fascistes françaises.

Dans les années 1930, la crise économique, sociale et politique qui secoue l’Europe, s’accompagne d’une montée des groupes fascistes et, en France, de ligues souvent composées de milices paramilitaires - la Croix de Feu, la Ligue d’Action française, le Parti Franciste, les Camelots du roi... - à l'origine d'actions violentes menées dans toute la France.

Le 6 février 1934, les ligues nationalistes appellent à manifester dans toute la France. Le nouveau gouvernement, présidé par Edouard Daladier, doit être présenté à l’Assemblée. Or Daladier a limogé le préfet de police Jean Chiappe, réputé proche des ligues d’extrême-droite, ce qui provoque la fureur de celles-ci.

Le Figaro rapporte :

« La soirée d'aujourd'hui promet d'être mouvementée. De nombreux groupements ont décidé de manifester entre 18 et 20 heures aux ab...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Entre-deux-guerres (1918-1939)