Écho de presse

La grève victorieuse des « matchgirls » anglaises

le 11/12/2020 par Michèle Pedinielli
le 05/04/2018 par Michèle Pedinielli - modifié le 11/12/2020
La journaliste socialiste Annie Besant, entourée des « matchgirls » grévistes de la manufacture Bryant & May, circa 1888 - source : WikiCommons

En 1888, 1400 ouvrières de l’usine d’allumettes Bryant & May se mettent en grève pour protester contre leurs conditions de travail. Et surtout refuser l’utilisation du phosphore, qui déforme la mâchoire de celles qui le respirent.

Tout commence par un article paru dans l’hebdomadaire anglais The Link. Sous le titre « White slavery in London » (« Esclavage blanc à Londres »), la journaliste et militante socialiste Annie Besant dénonce les épouvantables conditions de travail de...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet