Écho de presse

1869 : L'armée tire sur une foule de grévistes à Aubin

le 11/12/2020 par Marina Bellot
le 30/01/2019 par Marina Bellot - modifié le 11/12/2020
Enterrement d'un mineur, par Frédéric Théodore, 1889 - source : Gallica-BnF
Enterrement d'un mineur, par Frédéric Théodore, 1889 - source : Gallica-BnF

En octobre 1869, l'armée ouvre le feu sur des mineurs en grève à Aubin, dans l'Aveyron, tuant 14 personnes. Le drame, retentissant, sera immortalisé par Victor Hugo puis Émile Zola.

« Quel âge as-tu ?
– Seize ans.
– De quel pays es-tu ?
– D'Aubin.
– N'est-ce pas là, dis-moi, qu'on s'est battu ?
– On ne s'est pas battu, l'on a tué. »

Ces vers de Victor Hugo, évoquant le sort d'une jeune ouvrière dont le père est mort sous les balles des soldats, ont immortalisé la grève sanglante des ouvriers d'Aubin, dans l'Aveyron, le 8 octobre 1869.

En cette fin d'année 1869, un lourd climat social pèse sur le bassin minier, qui traverse l'une de ses plus grandes crises. La misère pousse les mineurs d’Aubin à s’emparer du droit de grève, reconnu en France depuis 1864.

Les mines et forges d'Aubin sont alors exploitées par la Compagnie de Paris-Orléans depuis 1857. Le 6 octobre 1869, une cinquantaine de « gueules noires » renouvellent leur demande de renvoi d'un chef de poste avec qui ils sont en conflit. Doléance refusée.

Le lendemain, 7 octobre, la grève se généralise. Une foule de manifestants envahit le bureau de la direction, poussant brutalement le directeur à l'extérieur. « Au bassin, à l'eau ! », entend-on parmi les grévistes. 70 soldats sont d...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet