Écho de presse

1942 : la presse collaborationniste soutient le port de l’étoile jaune

le 11/06/2021 par Priscille Lamure
le 05/03/2019 par Priscille Lamure - modifié le 11/06/2021
Enfants juifs polonais du ghetto de Bedzin portant l'« étoile jaune », Le Matin, 1942 - source : RetroNews-BnF
Enfants juifs polonais du ghetto de Bedzin portant l'« étoile jaune », Le Matin, 1942 - source : RetroNews-BnF

En juin 1942, le port de l’étoile jaune est imposé aux Juifs dès l’âge de 6 ans en zone occupée. Une grande frange de la presse française, sous le contrôle de l’ambassade d’Allemagne, soutient cette initiative infamante.

Après la débâcle de 1940, la France est coupée en deux par une ligne de démarcation : au Nord et à l’Ouest, la zone occupée par les troupes allemandes et au Sud, le régime dit de Vichy dirigé par Philippe Pétain, qui entre en collaboration active avec l’Allemagne nazie.

Sans surprise, les Juifs de France deviennent dès lors la cible de la politique de persécution nazie, orchestrée à la fois par l’État français et l’occupant. La propagande antisémite du gouvernement de Vichy présente à longueur de temps l'homme juif en tant que « grand financier », nécessairement profiteur et manipulateur – quand on ne l’accuse pas d’avoir provoqué la défaite de la France. À travers les affiches, tracts, journaux ou à la radio, la propagande appelle avec véhémence à se débarrasser de ces « ennemis » de la France.

Archives de presse

Les Grands Reportages à la une

Aux origines du grand reportage : les récits de huit reporters publiés à la une entre 1881 et 1934 à découvri...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Sur le même sujet