Écho de presse

L’homme qui voulut tuer Pierre Laval

le 08/11/2021 par Pierre Ancery
le 26/10/2021 par Pierre Ancery - modifié le 08/11/2021

En août 1941, un événement fait la Une de la presse collaborationniste : Paul Collette, un jeune ouvrier royaliste originaire de Caen, a tiré sur Pierre Laval à Versailles. Il sera emprisonné en France, puis déporté à Mauthausen en 1944.

27 août 1941, en pleine Occupation. Pierre Laval, l’une des principales figures de la collaboration (il a été vice-président du Conseil des ministres de juillet à décembre 1940), est à Versailles. Il est venu pour passer en revue le premier contingent de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme, qui s’apprête à partir combattre sur le front russe aux côtés des Allemands.

La cérémonie organisée à la caserne Borgnis-Desbordes s’achève, lorsqu’un membre de la Légion ouvre le feu sur Laval, qui marche aux côtés de Marcel Déat, de Jacques Doriot et de Fernand de Brinon. Toute la presse collaborationniste du lendemain raconte l’événement, à l’image de L’Œuvre : 

« Alors que venait de se terminer, hier à Versailles, la cérémonie du drapeau des Volontaires antibolchevistes, des coups de feu sont tirés sur le groupe des officiels. Plusieurs personnes sont touchées, dont Pierre Laval et Marcel Déat.

Hâtons-nous de dire qu'aux dernières nouvelles, l'état des bles...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Cet article fait partie de l’époque : Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Sur le même sujet