Long Format

1939 : Le Saint-Louis, navire du désespoir

le par - modifié le 13/10/2021

Alors que l’Aquarius vient d’accoster en Espagne après une semaine d’errance, difficile de ne pas songer à un navire de réfugiés qui fut, lui aussi, partout indésirable : le Saint-Louis, avec à son bord 963 Juifs allemands.

Le 13 mai 1939, 963 Juifs fuient le Troisième Reich à bord du transatlantique Saint-Louis appareillant pour Cuba depuis Hambourg.

En ce printemps 1939, les Juifs allemands font l’objet de graves persécutions – six mois plus tôt, lors de la Nuit de cristal, la violence antisémite a franchi un tournant décisif. Certains des passagers sont déjà passés par les camps de concentration et n’ont pu en sortir qu’à condition de quitter l’Allemagne sur-le-champ.

Dépossédés de leurs biens, délestés des sommes astronomiques nécessaires à l’obtention de leurs visas ainsi qu’au billet aller et retour que la compagnie maritime a décidé de leur faire payer, la plupart de ces passagers sont complètement ruinés. Il s’agit de leur dernière chance d’échapper à la barbarie nazie.

Mais à leur arrivée à Cuba, le 28 mai, c’est une désillusion cruelle qui les attend. Le p...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet