Long Format

L’histoire des espèces envisagée un siècle avant Darwin

le par - modifié le 10/11/2020

Sirènes, hommes-à-queue, monstres marins : tout au long du XVIIIe siècle de nombreuses hypothèses au sujet de possibles transformations d’espèces et des origines animales de l’homme se sont manifestées, préfigurant les travaux fondateurs du scientifique britannique.

Si l’idée d’évolution des espèces évoque avant tout Charles Darwin, cette figure de génie scientifique barbu et précurseur occulte le long travail d’hypothèses audacieuses qui l’a précédé, et en partie rendu possible. L’idée que « l’homme descend du singe », ou même l’affirmation que la vie est apparue dans l’eau, datent pourtant d’avant Darwin.

Plutôt que de passer en revue la liste des penseurs d’une histoire des espèces avant Darwin (Maillet, Robinet, Lamarck, ou encore Edward Blyth, Robert Chambers, etc.), cet article se focalise sur quelques cas précis et un aspect particulier : celui de la réception et de la diffusion d’idées nouvelles – y compris par la moquerie.

RetroNews c’est plus de 1500 titres de presse française publiés de 1631 à 1950, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Newsletter

Une nouvelle sensationnelle au XVIIIe siècle : d’une rencontre du troisième type à une autre histoire du Monde

L’Ancien Régime avait aussi sa presse à sensation. Cette presse avait une forme bien différente de celle d’aujourd’hui, mais le même goût pour les images – si l’on remplace les photographies par des gravures. À côté des imprimés périodiques qui formaient la presse régulière (les différentes Gazettes, les Mercures, le Journal des Savants, etc.), des imprimés de qualité médiocre, les « occasionnels » ou « canards », étaient produits à l’occasion de faits marquants, comme une naissance royale, la mort d’un personnage important, un fait-divers criminel épouvantable, le passage d’une comète ou encore l’« observation » de monstres.

En août 1725, visiblement au hasard d’une rencontre, les amirautés de Brest et de Honfleur furent mises au courant d’un fait singulier : quelques années plus tôt, les membres de l’équipage d’un navire français pêchant la morue au large de l’actuel Canada, avaient fait une rencontre extraordinaire. Presque immédiatement, une Relation envoyée de Brest Au sujet d’un Monstre, ou Homme Marin paraissait (relation qui évitait de mentionner une date, pour laisser au lecteur l’impression que l’événement venait tout juste d’avoir lieu).

Le document est exceptionnel à plus d’un titre. Pour commencer, il est inutile de vouloir ramener ce témo...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée