Chronique

La mort trouble d’un industriel allemand, accusé d’orgies homosexuelles

le 11/10/2020 par Emmanuelle Retaillaud
le 06/10/2020 par Emmanuelle Retaillaud - modifié le 11/10/2020
Frédéric Krupp, illustration parue dans Le Journal, novembre 1902 - source : RetroNews-BnF
Frédéric Krupp, illustration parue dans Le Journal, novembre 1902 - source : RetroNews-BnF

À la fin de l’année 1902, Frédéric Krupp, magnat des usines du même nom de l’autre côté du Rhin, décède dans des circonstances équivoques. La presse socialiste allemande tente de tirer l’affaire au clair, au grand dam de l’empereur Guillaume II.

Le 23 novembre 1902, la presse parisienne annonce le décès, la veille, à Essen, du magnat de l’industrie allemande Frédéric Krupp, âgé de 49 ans. Ce nom n’est pas sans évoquer de pénibles souvenirs en France, car ce sont des usines Krupp que sont sortis les canons allemands de la guerre de 1870. L’homme que Le Gaulois du 24 novembre compare à « un Vulcain moderne » avait su faire de l’entreprise déjà florissante héritée, en 1887, de son père Alfred et de son grand-père Friedrich, un géant de l’armement, devenu le fournisseur exclusif de l’armée allemande.

« Sa mort sera vivement ressentie en Allemagne », commente à juste titre le Gil-Blas du 23 novembre. 

RetroNews c’est plus de 2000 titres de presse française publiés de 1631 à 1951, des contenus éditoriaux mettant en lumière les archives de presse et des outils de recherche avancés.
Une offre unique pour découvrir l’histoire à travers les archives de presse !


Abonnez-vous à RetroNews et accédez à l’intégralité des contenus et fonctionnalités de recherche.

Newsletter

M...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée.