Écho de presse

1932 : Avec les mineurs belges en lutte

le 18/08/2021 par Marina Bellot
le 01/12/2017 par Marina Bellot - modifié le 18/08/2021
La fin d'une journée de travail. Les mineurs traînent sur des wagonnets, sortent des boyaux souterrains et arrivent à la galerie principale d'où ils seront hissés à la surface. Photo parue dans le Populaire du 19 juillet 1932 - Source : Gallica-BnF

À l’été 1932, des grèves quasi-insurrectionnelles secouent le pays minier belge. Le journal socialiste Le Populaire consacre une série d'articles à ce mouvement révélateur d'une immense misère sociale.

Fin mai 1932. Tandis que les effets de la crise économique de 1929 se font sentir dans toute l'Europe, les mineurs belges de la région minière du Borinage décrètent la grève générale, dénonçant des conditions de travail infernales et des salaires de misère. Le mouvement touche rapidement Charleroi, Liège et tout le pays minier belge. La Belgique compte alors 500 000 chômeurs, pour une large part non indemnisés, et l'annonce des patrons charbonniers borains d'une baisse unilatérale des salaires de 5% a mis le feu aux poudres.

Le journal socialiste Le Populaire consacre une série d’articles à cette grève.

L’enquête, signée par l’avocat, homme politique de gauche et journaliste Louis Lévy, est aussi fouillée qu'empathique. Le 11 juillet 1932, le journal fait le point sur une situation de plus en plus explosive :

« La grève des mineurs du Borinage est générale. Elle s'est étendue également aux charbonnages du Centre et de la région de Charleroi. Des mines, elle a tendance à s'étendre aux grandes usines métallurgiques.

D'après les renseignements qui nous parviennent de Belgique l'attitude des grévistes est à la fois énergique et digne. Et tous les incidents qui se sont pr...

Cet article est réservé aux abonnés.
Accédez à l'intégralité de l'offre éditoriale et aux outils de recherche avancée


Sur le même sujet